Comment choisir son futur club : mes 9 critères indispensables ?

Comment choisir son futur club : mes 9 critères indispensables ?

Ah l’intersaison. Cette période particulière où on est parfois amenés à changer de club. Aujourd’hui j’avais envie de vous proposer à vous parents de joueurs, et vous joueurs qui souhaitez aller vers d’autres horizons, quelques éléments sur lesquels s’interroger avant de sauter le pas.

Pourquoi en parler maintenant me direz-vous ? Parce que comme pour tout objectif, la préparation est une des nombreuses clefs de la réussite. 

 

Et parce qu’avec le contexte actuel et mes différents échanges avec les entraineurs en poste, j’ai bien senti que les clubs commençaient tranquillement et dores et déjà à s’organiser pour la prochaine saison. 

 

Comment choisir ton futur club : mes 9 critères indispensables  ? 

 

Background : jetter un oeil en arrière

 

Internet est un fabuleux outil pour trouver toutes les informations que tu souhaites. De manière générale, les clubs aiment mettre en avant leur parcours depuis leur création. Vous aurez déjà en votre possession, de nombreuses informations concernant l’ancienneté, la présidence, l’organisation interne et la stabilité ou non du club. 

 

Réputation 

 

Il est important que vous vous fassiez votre propre idée d’où votre enfant va mettre les pieds. Pour cela, si vous en avez l’occasion déplacez-vous, allez voir un ou des matchs avec votre jeune pour prendre la température « in situ ». Une fois sur place, n’hésite pas à discuter avec les gens : président, coach, joueurs.

Stabilité 

 

Autre point important : la stabilité d’un club. Existe- il depuis longtemps ? Est il en création ? Le président ou le comité directeur change-t-il souvent ? Est-ce un club qui mise sur l’avenir ? 

Y’a-t-il un projet sur long ou moyen terme en place en son sein ? N’hésitez pas à poser ces questions, vous, parents ou toi jeune joueur si tu te sens à l’aise avec ça.

Ça peut éviter de nombreuses erreurs… Parole d’ancienne joueuse qui n’a pas toujours posé toutes ces questions en amont…

 

Ambition 

 

Ça rejoint le coté projet sur le long ou moyen terme au sein du club. Qu’est ce que vise le club en terme d’objectif club ? Quels sont les objectifs d’équipe que votre jeune va intégrer ? Quels sont les attentes individuelles ?

Encore beaucoup d’informations précieuses à récolter en posant ces questions.

Et si le club n’arrive pas à vous fournir ces informations-ci, ça vous donne également de l’information précieuse. Peut-être que ce n’est pas le bon endroit pour lui… 

Se renseigner sur ton futur coach 

 

Passion et amour du jeu ? 

 

Un coach passionné, c’est l’assurance qu’il ne comptera pas ses heures et qu’il fera tout en son pouvoir pour avancer aussi difficile que ça soit. 

Et pour jouer à bon niveau, la passion doit être présente, sinon la motivation en prendra un coup dès lors que les difficultés pointeront le bout de leur nez. 

 

Compétences ? 

 

Nombre d’entraîneurs s’arrêtent de se former après l’obtention de leur diplôme. Ça ne veut pas dire qu’ils sont mauvais mais il y a des chances qu’il soit très focalisé sur la technique et qu’il ne voit pas l’importance de la psychologie, de la préparation physique ou encore d’ un problème de respiration ou de posture. 

 

La formation continue du coach contribue à ce que l’entraîneur soit le plus armé possible pour faire face aux difficultés qu’il risque de rencontrer en chemin et à agir de manière adaptée et individidualisée pour te faire progresser selon ton cas.

Expérience ? 

 

N’hésitez pas a questionner directement le coach sur son expérience : qui il a entrainé, où est ce qu’il s’est formé ? Est ce qu’il continue de le faire ? Comment il aime travailler ? Qu’est ce qui est le plus important pour lui pendant une saison ? Est ce que le développement individuel du joueur l’intéresse ? 

 

Ensuite vous pouvez aussi utiliser internet ou votre réseau autour de vous pour questionner afin d’avoir plus d’informations. 

 

Parce que parfois, qu’on se le dise, les coachs vont regarder en premier lieu à leurs intérêts et à cet du club et auront parfois des discours pailletés pour attirer votre jeune dans leur club sans réel projet derrière.

Ça arrive… et c’est de votre ressort de prendre toutes les informations en amont pour effectuer votre choix en toute conscience. 

 

Qui de mieux que ses anciens joueurs pour parler d’un coach ? 

 

En revanche, ne vous contentez pas d’un seul avis il risque de ne pas être suffisamment représentatif. Il est aussi important de se faire sa propre idée. 

Ne vous contentez pas de regarder uniquement les résultats obtenus non plus, allez plus loin. 

 

Méthodologie / pédagogie ?

 

S’intéresser à ce point peut s’avérer bénéfique pour la suite de votre jeune.

Quelle est la façon d’entraîner du coach ? A-t-il une méthodologie particulière concernant le tir, le footwork, la préparation physique ou d’autres éléments ? 

Prend-il le temps d’expliquer ce qu’il veut et comment il le veut ? Donne-t-il la parole à ses joueurs ? Est il plutôt sur un management « old school » ou plutôt « moderne » ? A-t-il besoin de crier sur ses joueurs pour se faire entendre ou est-il davantage serein et en maîtrise de ses émotions ?

Toutes ces indications peuvent être précieuses avant de faire un choix et se rendre sur le terrain est une fois de plus très précieux pour obtenir ces informations.

Alchimie ? 

 

On a tendance à parfois l’oublier ou le reléguer au second plan mais le feeling est un critère important dans le choix de son futur coach. Il constitue une des multiples conditions de réussite. 

 

En effet, l’entraîneur, c’est celui qui va aider votre jeune à progresser dans son parcours sportif et souvent même extra sportif par ricochet.

Si le feeling ne passe pas entre eux, dès le début, si vous n’avez pas un bon contact, sa progression s’en ressentira très certainement. 

 

Il est donc nécéssaire que vous dialoguiez avec votre jeune et qu’il se fasse confiance sur ce point la. 

 

Si après les premières discussions, vous ou lui ne vous sentez pas à l’aise il y a de grandes chances que ça ne fonctionne pas correctement par la suite. 

 

Vous pouvez le questionner après coup pour savoir comment il se sent ? Si la discussion qu’il a eu avec son futur coach a été fluide ? Si il s’est intéressé à votre jeune ? S’il lui a demandé quels étaient ses motivations et ses objectifs personnels ?  Ou au contraire s’il a senti qu’il essayait  juste de le faire venir dans son club ? Ou/et qu’il n’a parlé que de lui et de son club ?  Ça vous donnera déjà quelques indications supplémentaires pour vous aider à cheminer sur le futur choix de vos enfants. 

 

Nous voici au bout de mes conseils pour que vous puissiez avoir quelques éléments concrets à disposition pour faciliter la prise de décision de votre jeune en devenir. 

 

Pour plus d’informations et/ou un suivi individualisé d’accompagnement de jeune carrière, contactez-moi par mail à hello@basketball-impulsion.com ou par téléphone au 0650254537.

 

 

 

 

 

Inscris-toi ici pour recevoir les dernières infos de la 1ère académie du basket en ligne

* indicates required
Comment faire pour trouver de la stabilité dans le jeu ?

Comment faire pour trouver de la stabilité dans le jeu ?

Toi jeune sportif ambitieux, avec des rêves plein la tête…

EST-CE QUE ça te viendrait à l’idée de t’assoir sur une chaise à 3 pieds ?

 

Si tu es casse-cou peut être que oui, pour te lancer un défi c’est possible également, mais pour être bien confortablement assis et stable, est ce que ça te viendrait à l’idée ?

 

Parents et entraineurs de ces jeunes sportifs ambitieux, est ce que ça vous viendrait à l’idée de proposer à ces jeunes de s’assoir sur cette chaise bancale ?

La réponse est bien évidemment non.

 

A ce stade là tu te demandes certainement pourquoi je te parle de chaise un dimanche matin ? 

 

Non je n’ai pas signé un CDI chez Ikea pour vendre des chaises Odger.

 

Je te parle de ça parce que c’est ce qu’il se passe à chaque fois que vos jeunes se retrouvent sur le terrain, confronté à la pression du jeu lorsqu’il n’a pas de suivi en préparation mentale. 

 

Je m’explique, considérons que cette chaise, qui normalement construite repose bien sur ses 4 pieds soit la représentation de la pratique du sport de haut niveau.

 

Le premier pied représente la partie technique : tout ce que vos jeunes apprennent sur le terrain, la plupart du temps balle en main pour le basket. Ce point là est plutôt très bien maitrisé chez nous, c’est vrai, il est le résultat d’une politique formation orientée en ce sens depuis des années.

 

Le second pied représente la partie tactique : tout ce qui concerne l’aspect QI basket comme j’aime à l’appeler. Apprendre à mettre la balle au bon endroit, au bon moment. Ou encore savoir exécuter des systèmes de jeu et pourquoi on exécute ce système dans telle situation, plutôt qu’un autre.

 

Le troisième pied représente quant à lui, la préparation physique. Comme son nom l’indique c’est tout ce qui préparera le corps à encaisser l’intensité de la pratique sur le terrain et qui permettra de réaliser les gestes techniques en toute sécurité.

Et comme tu t’en doutes nous arrivons maintenant sur le dernier pied, qui est encore très branlant actuellement en France, et qui représente la préparation mentale. 

 

Ce dernier pied c’est celui qui va aider à avoir les idées claires et la tête froide quand le joueur sera sous pression. C’est celui qui va aider à se connaitre en tant que personne et qui va permettre au sportif de grandir par conséquent. C’est celui qui va permettre de prendre du recul dans une activité qui est plutôt orientée dans l’action répétée.

 

Et il est tout aussi important que les 3 autres pieds de la chaise ! Car sans lui la stabilité fait défaut. Tu l’auras compris à présent avec cette image je pense.

 

Je me suis à titre perso, beaucoup assise sur une chaise à 3 pieds durant ma carrière professionnelle de basketteuse sans arriver à saisir ce qu’il me manquait.

Ce n’est que quelques années après que j’ai compris ce qui me faisait défaut. Et que j’ai enfin pu rééquilibrer ma chaise 🙂

 

C’est pourquoi aujourd’hui je suis très attentive à cet équilibre dans mes accompagnements de jeune carrière pour sportifs ambitieux. 

 

Pour travailler avec moi sur ce pied manquant à la chaise, très simple : un appel au 0650254537, un SMS ou un MP sur Facebook, et on prend une demie-heure d’échanges pour cibler le vrai besoin de votre jeune et ce qui va leur permettre de performer à la hauteur de leur véritable talent. Avec la possibilité de mettre en route un accompagnement hyper individualisé, comme ça ne se voit nul part ailleurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

Inscris-toi ici pour recevoir les dernières infos de la 1ère académie du basket en ligne

* indicates required
TOP 10 DES CONSEILS POUR CROSSER ET FAIRE TOMBER TON ADVERSAIRE

TOP 10 DES CONSEILS POUR CROSSER ET FAIRE TOMBER TON ADVERSAIRE

Le jour ou j’ai compris qu’il y avait une différence entre crosser et crosser ça a changé mon jeu !

Je m’explique…

Il ya une dizaine d’années on avait pas encore trop conscience, en France du moins, de l’importance du rythme et du footwork (placement des pieds) quand on crossait. Et encore moins chez les femmes.. Mais je ferai ma féministe un autre jour

Du coup jusqu’a mes 22 ans je travaillais mon dribble sur des circuits mais plutôt sur un rythme d’échauffement, avec de l’amplitude certe et des attitudes mais rien à voir avec ce qu’il se fait actuellement, notamment aux USA sur les skills individuels au niveau du cross.

Puis vers 23-24 ans je voyais les plus jeunes arriver dans le circuit pro avec de plus en plus d’aisance sur les cross. Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à aller regarder chez elles. Et des informations à aller chercher en dehors de la France…

J’ai commencé à regarder ce qui se faisait aux USA notamment. J’ai écouté les conseils des coachs américains sur le dribble et j’ai expérimenté plein d’exercices différents pour trouver ce qui me convenait.

A travers mes recherches et expérimentations, j’ai compris que:

🔥 Le cross si tu ne le travailles pas à vitesse maximale à l’entraînement tu perds ton temps.

🔥 Si tu ne perds pas la balle 3 fois sur 10 c’est que t’es dans ton confort et que tu peux encore accélérer

🔥Le placement des pieds est aussi importants que la qualité du cross en elle-même

🔥Quand t’es à l’entraînement imagine toi ton adversaire et tente de le passer aussi près que possible pour pouvoir l’attaquer à la hanche pendant les matchs.

🔥L’importance de rester bas pour garder la vitesse

🔥Parfois juste relever son buste permets de créer de l’hésitation chez ton défenseur qui par mimétisme va se relever aussi et c’est à ce moment que tu vas pouvoir le passer.

🔥Après un cross, va tout droit et pose le moins d’appuis au sol

🔥 Si tu veux maitriser le ballon y’a pas de secret, tu dois avoir des routines de dextérité, courtes mais répétées minimum 3 fois par semaine.

🔥 Tous les exercices de dextérité ou d’aisance sont bons à effectuer puisqu’ils te permettent de ne faire qu’un avec le ballon, dans toutes les postions possibles (ce qui est très utile en match)

🔥 Pour te faire plaisir sur un cross et être efficace, il faut avoir bossé en explosivité et en réactivité pendant ta préparation physique

Si tu veux encore plus d’infos et de conseils sur ton basket tu peux t’inscrire à notre newsletter disponible plus bas 

Stay tuned  🤙

Mel

 

 

 

Inscris-toi ici pour recevoir les dernières infos de la 1ère académie du basket en ligne

* indicates required