Comment choisir son futur club : mes 9 critères indispensables ?

Comment choisir son futur club : mes 9 critères indispensables ?

Ah l’intersaison. Cette période particulière où on est parfois amenés à changer de club. Aujourd’hui j’avais envie de vous proposer à vous parents de joueurs, et vous joueurs qui souhaitez aller vers d’autres horizons, quelques éléments sur lesquels s’interroger avant de sauter le pas.

Pourquoi en parler maintenant me direz-vous ? Parce que comme pour tout objectif, la préparation est une des nombreuses clefs de la réussite. 

 

Et parce qu’avec le contexte actuel et mes différents échanges avec les entraineurs en poste, j’ai bien senti que les clubs commençaient tranquillement et dores et déjà à s’organiser pour la prochaine saison. 

 

Comment choisir ton futur club : mes 9 critères indispensables  ? 

 

Background : jetter un oeil en arrière

 

Internet est un fabuleux outil pour trouver toutes les informations que tu souhaites. De manière générale, les clubs aiment mettre en avant leur parcours depuis leur création. Vous aurez déjà en votre possession, de nombreuses informations concernant l’ancienneté, la présidence, l’organisation interne et la stabilité ou non du club. 

 

Réputation 

 

Il est important que vous vous fassiez votre propre idée d’où votre enfant va mettre les pieds. Pour cela, si vous en avez l’occasion déplacez-vous, allez voir un ou des matchs avec votre jeune pour prendre la température « in situ ». Une fois sur place, n’hésite pas à discuter avec les gens : président, coach, joueurs.

Stabilité 

 

Autre point important : la stabilité d’un club. Existe- il depuis longtemps ? Est il en création ? Le président ou le comité directeur change-t-il souvent ? Est-ce un club qui mise sur l’avenir ? 

Y’a-t-il un projet sur long ou moyen terme en place en son sein ? N’hésitez pas à poser ces questions, vous, parents ou toi jeune joueur si tu te sens à l’aise avec ça.

Ça peut éviter de nombreuses erreurs… Parole d’ancienne joueuse qui n’a pas toujours posé toutes ces questions en amont…

 

Ambition 

 

Ça rejoint le coté projet sur le long ou moyen terme au sein du club. Qu’est ce que vise le club en terme d’objectif club ? Quels sont les objectifs d’équipe que votre jeune va intégrer ? Quels sont les attentes individuelles ?

Encore beaucoup d’informations précieuses à récolter en posant ces questions.

Et si le club n’arrive pas à vous fournir ces informations-ci, ça vous donne également de l’information précieuse. Peut-être que ce n’est pas le bon endroit pour lui… 

Se renseigner sur ton futur coach 

 

Passion et amour du jeu ? 

 

Un coach passionné, c’est l’assurance qu’il ne comptera pas ses heures et qu’il fera tout en son pouvoir pour avancer aussi difficile que ça soit. 

Et pour jouer à bon niveau, la passion doit être présente, sinon la motivation en prendra un coup dès lors que les difficultés pointeront le bout de leur nez. 

 

Compétences ? 

 

Nombre d’entraîneurs s’arrêtent de se former après l’obtention de leur diplôme. Ça ne veut pas dire qu’ils sont mauvais mais il y a des chances qu’il soit très focalisé sur la technique et qu’il ne voit pas l’importance de la psychologie, de la préparation physique ou encore d’ un problème de respiration ou de posture. 

 

La formation continue du coach contribue à ce que l’entraîneur soit le plus armé possible pour faire face aux difficultés qu’il risque de rencontrer en chemin et à agir de manière adaptée et individidualisée pour te faire progresser selon ton cas.

Expérience ? 

 

N’hésitez pas a questionner directement le coach sur son expérience : qui il a entrainé, où est ce qu’il s’est formé ? Est ce qu’il continue de le faire ? Comment il aime travailler ? Qu’est ce qui est le plus important pour lui pendant une saison ? Est ce que le développement individuel du joueur l’intéresse ? 

 

Ensuite vous pouvez aussi utiliser internet ou votre réseau autour de vous pour questionner afin d’avoir plus d’informations. 

 

Parce que parfois, qu’on se le dise, les coachs vont regarder en premier lieu à leurs intérêts et à cet du club et auront parfois des discours pailletés pour attirer votre jeune dans leur club sans réel projet derrière.

Ça arrive… et c’est de votre ressort de prendre toutes les informations en amont pour effectuer votre choix en toute conscience. 

 

Qui de mieux que ses anciens joueurs pour parler d’un coach ? 

 

En revanche, ne vous contentez pas d’un seul avis il risque de ne pas être suffisamment représentatif. Il est aussi important de se faire sa propre idée. 

Ne vous contentez pas de regarder uniquement les résultats obtenus non plus, allez plus loin. 

 

Méthodologie / pédagogie ?

 

S’intéresser à ce point peut s’avérer bénéfique pour la suite de votre jeune.

Quelle est la façon d’entraîner du coach ? A-t-il une méthodologie particulière concernant le tir, le footwork, la préparation physique ou d’autres éléments ? 

Prend-il le temps d’expliquer ce qu’il veut et comment il le veut ? Donne-t-il la parole à ses joueurs ? Est il plutôt sur un management « old school » ou plutôt « moderne » ? A-t-il besoin de crier sur ses joueurs pour se faire entendre ou est-il davantage serein et en maîtrise de ses émotions ?

Toutes ces indications peuvent être précieuses avant de faire un choix et se rendre sur le terrain est une fois de plus très précieux pour obtenir ces informations.

Alchimie ? 

 

On a tendance à parfois l’oublier ou le reléguer au second plan mais le feeling est un critère important dans le choix de son futur coach. Il constitue une des multiples conditions de réussite. 

 

En effet, l’entraîneur, c’est celui qui va aider votre jeune à progresser dans son parcours sportif et souvent même extra sportif par ricochet.

Si le feeling ne passe pas entre eux, dès le début, si vous n’avez pas un bon contact, sa progression s’en ressentira très certainement. 

 

Il est donc nécéssaire que vous dialoguiez avec votre jeune et qu’il se fasse confiance sur ce point la. 

 

Si après les premières discussions, vous ou lui ne vous sentez pas à l’aise il y a de grandes chances que ça ne fonctionne pas correctement par la suite. 

 

Vous pouvez le questionner après coup pour savoir comment il se sent ? Si la discussion qu’il a eu avec son futur coach a été fluide ? Si il s’est intéressé à votre jeune ? S’il lui a demandé quels étaient ses motivations et ses objectifs personnels ?  Ou au contraire s’il a senti qu’il essayait  juste de le faire venir dans son club ? Ou/et qu’il n’a parlé que de lui et de son club ?  Ça vous donnera déjà quelques indications supplémentaires pour vous aider à cheminer sur le futur choix de vos enfants. 

 

Nous voici au bout de mes conseils pour que vous puissiez avoir quelques éléments concrets à disposition pour faciliter la prise de décision de votre jeune en devenir. 

 

Pour plus d’informations et/ou un suivi individualisé d’accompagnement de jeune carrière, contactez-moi par mail à hello@basketball-impulsion.com ou par téléphone au 0650254537.

 

 

 

 

 

Inscris-toi ici pour recevoir les dernières infos de la 1ère académie du basket en ligne

* indicates required
Comment faire pour trouver de la stabilité dans le jeu ?

Comment faire pour trouver de la stabilité dans le jeu ?

Toi jeune sportif ambitieux, avec des rêves plein la tête…

EST-CE QUE ça te viendrait à l’idée de t’assoir sur une chaise à 3 pieds ?

 

Si tu es casse-cou peut être que oui, pour te lancer un défi c’est possible également, mais pour être bien confortablement assis et stable, est ce que ça te viendrait à l’idée ?

 

Parents et entraineurs de ces jeunes sportifs ambitieux, est ce que ça vous viendrait à l’idée de proposer à ces jeunes de s’assoir sur cette chaise bancale ?

La réponse est bien évidemment non.

 

A ce stade là tu te demandes certainement pourquoi je te parle de chaise un dimanche matin ? 

 

Non je n’ai pas signé un CDI chez Ikea pour vendre des chaises Odger.

 

Je te parle de ça parce que c’est ce qu’il se passe à chaque fois que vos jeunes se retrouvent sur le terrain, confronté à la pression du jeu lorsqu’il n’a pas de suivi en préparation mentale. 

 

Je m’explique, considérons que cette chaise, qui normalement construite repose bien sur ses 4 pieds soit la représentation de la pratique du sport de haut niveau.

 

Le premier pied représente la partie technique : tout ce que vos jeunes apprennent sur le terrain, la plupart du temps balle en main pour le basket. Ce point là est plutôt très bien maitrisé chez nous, c’est vrai, il est le résultat d’une politique formation orientée en ce sens depuis des années.

 

Le second pied représente la partie tactique : tout ce qui concerne l’aspect QI basket comme j’aime à l’appeler. Apprendre à mettre la balle au bon endroit, au bon moment. Ou encore savoir exécuter des systèmes de jeu et pourquoi on exécute ce système dans telle situation, plutôt qu’un autre.

 

Le troisième pied représente quant à lui, la préparation physique. Comme son nom l’indique c’est tout ce qui préparera le corps à encaisser l’intensité de la pratique sur le terrain et qui permettra de réaliser les gestes techniques en toute sécurité.

Et comme tu t’en doutes nous arrivons maintenant sur le dernier pied, qui est encore très branlant actuellement en France, et qui représente la préparation mentale. 

 

Ce dernier pied c’est celui qui va aider à avoir les idées claires et la tête froide quand le joueur sera sous pression. C’est celui qui va aider à se connaitre en tant que personne et qui va permettre au sportif de grandir par conséquent. C’est celui qui va permettre de prendre du recul dans une activité qui est plutôt orientée dans l’action répétée.

 

Et il est tout aussi important que les 3 autres pieds de la chaise ! Car sans lui la stabilité fait défaut. Tu l’auras compris à présent avec cette image je pense.

 

Je me suis à titre perso, beaucoup assise sur une chaise à 3 pieds durant ma carrière professionnelle de basketteuse sans arriver à saisir ce qu’il me manquait.

Ce n’est que quelques années après que j’ai compris ce qui me faisait défaut. Et que j’ai enfin pu rééquilibrer ma chaise 🙂

 

C’est pourquoi aujourd’hui je suis très attentive à cet équilibre dans mes accompagnements de jeune carrière pour sportifs ambitieux. 

 

Pour travailler avec moi sur ce pied manquant à la chaise, très simple : un appel au 0650254537, un SMS ou un MP sur Facebook, et on prend une demie-heure d’échanges pour cibler le vrai besoin de votre jeune et ce qui va leur permettre de performer à la hauteur de leur véritable talent. Avec la possibilité de mettre en route un accompagnement hyper individualisé, comme ça ne se voit nul part ailleurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

Inscris-toi ici pour recevoir les dernières infos de la 1ère académie du basket en ligne

* indicates required
Les 12 raisons de pratiquer le 3vs3 en complément du 5vs5 pour les jeunes joueurs-ses ambitieux-ses

Les 12 raisons de pratiquer le 3vs3 en complément du 5vs5 pour les jeunes joueurs-ses ambitieux-ses

Crédit Photo : Arnaud Masson Photography

Article long pour coachs, parents de joueurs, et joueurs-ses, le tout sauce ambition 🙂

 

Ce week end, j’étais m’assoir tranquillement en tribune de l’open de France de 3X3. Lieu où j’ai d’ailleurs pris un fantastique coup de soleil de la tête aux cuisses ^^

 

Bref je te passe les détails. 

 

Et j’ai, pour la première fois en 15 ans d’hyperactivité sur le terrain, pris le temps d’observer, de réellement observer et d’écouter ce qu’il se passait autour de moi.

 

Je sais qu’il y a une petite gue-guerre entre les pro 5vs5 et les pro 3vs3, rien qu’au sein de ma famille il y a déjà des points de vue qui divergent. 

 

Et je ne rentrerai pas dans le débat de la préférence, ou du le 5vs5 c’est mieux parce que…

 

Je préfère te livrer mes observations sur à quoi ça peut servir de pratiquer le 3x3 en dehors de ta saison ou en complément. 

 

En fait aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours joué en extérieur dès que je voyais un panier et parfois même j’ai varié les plaisirs en jouant avec les pieds dans un City stade. 

 

La population y était souvent masculine pour le coup, ce qui me faisait apprendre à élever mon niveau physique et mon QI basket si je voulais pourvoir jouer contre eux, et réfléchir différemment pour utiliser mes forces à moi contre un garçon qui était plus fort physiquement.

Là en loccurence, le 3X3 encadré par la FFBB c’est pas la même histoire que le basket en street.

Les femmes jouent contre les femmes, et les hommes jouent entre eux. 

 

En revanche, ce que je souhaite te partager à travers cet écrit, c’est qu’il y a une bonne poignée de raisons de pratiquer le 3X3.

 

🔥 Du Point de vue technique :

 

  • si t’as pas de handle ou de déxtérité pour les non anglophones, ça va être difficile de pouvoir passer ton adversaire. Les espaces sont plus larges qu’en 5vs5 et la possibilité de faire la différence balle en main est plus grande. Tu as donc tout intérêt à travailler sur ce point précis en dehors des tournois ^^ (à part si t’es un poste 5, et encore que… Elena Delle Donne nous prouve bien le contraire.)

 

  • l’importance de la vision de jeu : en 3vs3 le jeu est accéléré, c’est comme si t’appuyais sur avance rapide constamment, du coup chaque fois que tu ne vois pas la bonne passe à faire dans le bon timing tu désavantages ta team. C’est d’ailleurs un point que j’aime particulièrement et je me suis bien arrachée les cheveux en tribunes par moment quand il y avait le petit caviar à la fin qui n’était pas vue dans certaines teams.

 

– ça m’amène sur le 3ème point : savoir faire une bonne passe. Comme dit, le 3vs3 ça va vite, et si tu n’as pas l’habitude d’avoir de l’exigence sur ta qualité de passe en 5vs5, le 3vs3 risque de te faire passer un sale quart d’heure !

le travail d’appui : toujours concernant la vitesse de jeu, sur la pratique de 3vs3 les appuis rapides au sol sont primordiaux. Car si on revient au fait que tu as travaillé ton handle et que tu fais la différence balle en main, mais que tu n’arrives pas à organiser tes pieds pour shooter vite ensuite, tu perdras ton avance durement gagnée face à ton vis-à-vis et tu ne pourras pas scorer. Et dans une équipe de 3, si un joueur ne peut pas scorer, tu te doutes que ça devient vite problématique !

 

🔥 Du point de vue Tactique :

Ce point là c’est mon dada, le 3vs3 c’est une course dans la durée. Le vainqueur du tournoi c’est celui qui aura réussi à mieux gérer ses efforts pour encore avoir de la fraicheur sur le dernier match (la finale) et pouvoir encore envoyer en terme d’intensité.

Du coup, comme une des particularités du 3vs3 est qu’il n’y a pas de coach, il y a un facteur communication entre les joueurs-euses qui entrent en compte et qui est juste essentiel !

Et en plus ça développe des compétences qui serviront ailleurs que sur un terrain de basket, elle est pas belle la vie ? 

Revenons-en à nos moutons, si tu veux gagner le match final, t’as tout intérêt à jouer avec tes forces en présence, c’est à dire que d’une part c’est hyper important d’avoir réfléchi à la construction de ton équipe en amont.

J’ai observé que les plus fortes équipes sont celles qui ont deux petits arrières rapides qui sont bons des deux côtés du terrain, avec un QI basket importants et une adresse fiable, un ailier puissant capable de défendre à l’intérieur, et un poste 5 puissant et avec des bonnes capacité de finition, une bonne qualité de passe et une intelligence de jeu. 

 

D’autre part, c’est important également d’observer contre qui tu joues à chaque match et de cibler quelles sont les faiblesses adverses pour pouvoir appuyer dessus et t’économiser au passage.

 

Ex : je joue contre une équipe dont le plus grand joueur mesure 1m70 et j’ai dans mon équipe un poste 5 qui mesure 1m90 capable de scorer, je gagnerai peut-être en énergie à lui donner 3 ballons sur 4 dans mes attaques, plutôt que de me fatiguer à driver sans cesse.

 

🔥 Du point de vue Physique :

Le 3vs3 est plus rapide que le 5vs5, l’attaque dure 12 secondes, c’est moitié moins que le traditionnel 5vs5, les efforts sont par conséquent différents. 

 

Bien que la pratique du 5vs5 soit déjà demandante en préparation physique, Le 3vs3 demande encore plus d’être « in shape » comme on dit.

Si ce n’est pas le cas, on risque de s’en rendre compte très rapidement. Parce que non seulement dès le premier match, y’a besoin d’avoir du feu dans les jambes et dans les poumons mais en plus il faut tenir les efforts tout au long de la journée car les matchs vont s’enchainer. 

 

De ce que j’en ai vu et pratiqué (et oui je te parle aussi de ma propre expérience de joueuse ^^) le 3vs3 demande vitesse, endurance, résistance aux contacts et puissance.

Le combo des 4 est pour moi la meilleure façon de s’y préparer. 

 

D’ailleurs, si des préparateurs physiques passant par là, veulent apporter des précisions sur ce point là, je suis preneuse pour enrichir mon écrit et mes connaissances.

 

🔥 Du point de vue Mental :

Autonomie : le 3vs3 développe des qualités d’autonomie car il n’y a pas de coach au bord du terrain pour donner les consignes. Le 3vs3 développe la capacité à faire beaucoup de choix rapides et par conséquent à se tromper souvent.

 

Le fait d’être 3 et non 5 permet plus d’initiatives prises par le joueur. Je ne rentrerai pas dans les calculs parce que je n’aime pas ça, mais c’est mathématique sur ce coup-là.

 

Responsabilité au centre : en 3vs3 le joueur est devant ses responsabilités, car à 3, si tu ne les prends pas, ça peut vite devenir problématique pour ton équipe.

En 5vs5 la responsabilité est plus diluée puisque l’équipe est plus grande. Et il est possible de se cacher dans le corner pour ne jamais recevoir la balle. ^^

En 3vs3 tu ne peux juste PAS !

 

Créativité : ah une de mes caractéristiques préférées 🙂 

En 3vs3, la créativité a toute sa place, les gestes spectaculaires sont les bienvenus et même très utiles pour passer son vis-à-vis. Comme je le disais plus haut, il y a plus d’espace en 3vs3 qu’en 5vs5 pour créer à partir d’une situation balle en main. 

Ça met le cerveau en position ON sur la créativité. Il n’est pas possible de foncer tête baissée uniquement, enfin c’est possible, mais si l’objectif est d’arriver en finale, ce ne sera pas suffisant.

 

Organisation/préparation : ce point rejoint les deux premiers, pour jouer en 3vs3 il est nécéssaire de développer un sens de l’organisation en amont de la compétition. 

 

Compétence nécéssaire : savoir organiser sa préparation, car on ne débarque pas sur la compét’ du jour au lendemain. (enfin c’est toujours possible de le faire, mais comme chez Basketball Impulsion la vision c’est le long terme, je ne parlerai pas de cette option !) 

 

Énergie : je l’ai évoqué entre les lignes un peu plus haut, mais la pratique du 3vs3 nécessite de bien se connaitre et de bien gérer son effort pour tenir dans la durée. 

Ce qui veut dire, être à l’écoute de son corps, de plus la pratique du 3vs3 est la plupart du temps en extérieur et si c’est comme ce week-end, sous un soleil de plomb !

D’où une vigilance à avoir sur l’hydratation et l’alimentation à surveiller pour optimiser ses performances pendant les rencontres. 

Transiter vite : le rythme du 3vs3 demande de passer très vite d’un état mental à un autre. Du genre « ah m*** j’ai raté mon lay up à ah mais faut que je défende sinon je vais encaisser ».
Du coup ça permet de développer cette capacité à rester dans le moment présent et à ne pas ruminer sans arrêt l’action passée. Un vrai plus lorsqu’on revient en 5vs5 ! 

 

Tu l’auras compris (je l’espère) le 3vs3 est un fantastique révélateur de ce qu’il te reste à travailler pour être meilleur-e dans ta pratique du 5vs5 si tu es un joueur de 5vs5.

Et il est fantastique si tu es un joueur de 3vs3 tout court car il est source d’apprentissages à plusieurs niveaux ! 

 

Cet écrit s’adresse aux joueurs ambitieux-ses, aux coachs qui cherchent à rendre meilleurs leur joueurs-euses, et aux passionnés de basket qui aime lire sur cette exigeante discipline qu’on prend tant plaisir à regarder 🙂 

 

Et comme je sais que cette pratique divise au sein de la grande famille basket, je suis intéressée de connaitre ton point de vue perso sur la chose. 

Si tu le souhaites tu peux partager directement en commentaires tes remarques sous l’article, je les lirai avec attention.

 

Impulsionément ! 

Mélissa

 

 

 

Inscris-toi ici pour recevoir les dernières infos de la 1ère académie du basket en ligne

* indicates required