Commence à progresser juste en optimisant tes entrainements

Commence à progresser juste en optimisant tes entrainements

Ta progression commence par des entrainements. Et parfois même avec toute l’envie et la determination possible, c’est pas facile de continuer à performer.
Si tu cherches à t’améliorer, alors dans cette vidéo tu trouveras ce qui te permettra de rentabiliser à fond tes entrainements !
N’hésite pas à t’abonner à notre chaine pour ne jamais louper nos vidéos.  

Tu peux aussi nous donner ton avis sur nos conseils dans les commentaires !

PS : On a une intervenante surprise à la fin de la vidéo. On te conseille de regarder jusqu’au bout ^^

Si tu perds pas la balle, tu travailles pas

Si tu perds pas la balle, tu travailles pas

On te laisse découvrir notre vidéo : elle reflète une partie de notre méthode d’entrainement.

Ce sont des pistes qui pourront on l’espère t’aider a progresser rapidement 🙂  

On a fait plus fun que d’habitude (on s’est rendue compte qu’on était un peu chiantes… D’ailleurs tu aurais pu nous prévenir !^^),

 

N’hésite pas à nous dire dans les commentaires (en bas de cette page) si ça te plait ou si ça te plait pas  😁

 

 

 

Claire 🤹🏼‍♀️ & Mel 🤹🏻‍♀️

Katana Thompson

Katana Thompson

Aujourdhui, on ne parle pas de Stephen.

On ne parle pas non plus de KD.

On va te parler du shooteur le plus propre et efficace de Golden State.

Mais non, pas Steeve Kerr 🤦🏼‍♀️

Ce bon vieux Klay Thompson.

Ici à Basketball Impulsion, on rabâche que si tu veux être performant, il faut que tu saches avec une clarté limpide quelles sont tes forces, et axer ton travail jusqu’à en devenir excellent dans TON/TES domaine(s) de prédilection.

Ca devient alors évident de parler de Klay Thompson.

Son domaine de prédilection : le catch and shoot (il faut le dire vite si tu veux égaler la vitesse à laquelle il arme son tir)

Du coup, plutôt que de vouloir copier sur les copains de son équipe qui ont plus tendance à poser la balle au sol (parce que c’est leur force à EUX),

Lui, il a « juste » bossé sur son gros talent d’adresse, jusqu’à rendre sa mécanique ultra régulière et précise, son armée hyper rapide et sa prise de décision tout aussi fast and furious.

En plus de ça, il a l’intelligence de toujours jouer sans ballon pour pouvoir se créer avant même de recevoir la balle une espace de tir suffisant.

Pour terminer, il a de la clarté dans son rôle au sein du collectif de golden State.
Il a moins la balle quand les autres joueurs sont en feu. Parfois le jeu ne va pas dans son sens.
Et alors ?

Et bah il continue de défendre comme il sait bien le faire et en attaque il reste prêt si on lui laisse 3 cm pour shooter. Un exemple de leadership, mis en place et accepté grâce à une stratégie collective qui mise sur le long terme et la « réussite ensemble ».

Donc on résume :

À la base, le mec a une grosse qualité d’adresse et il aime balancer des bombinette loin du cercle.

Il a donc bossé sur son tir pour l’améliorer chaque jour.

En plus de ça il a mis tout le reste du boulot au service de son catch and shoot : jeu sans ballon, prise de décision, vitesse d’exécution, lecture des écrans sans ballon, défense pour rester confiant les soirs où ça rentre pas, etc…

C’est ce qui fait que Klay Thompson est un Katana

Tranchant et précis, il met tous ses efforts au service de sa force principale. 

Et toi, c’est quoi ta/tes force(s) ?

Et quels efforts tu mets en place pour mettre ton jeu au service de cette/ces force(s) ?

Histoire de bien s’inspirer, on se régale ensemble de son festival offensif, avec son style bien à lui : 43 points en 4 dribbles !

Impressionnant !!

60% à 3 pts : behind the scene

60% à 3 pts : behind the scene

Ce week-end Mel a encore sorti l’artillerie lourde ➡️ 24 pts en 29 minutes avec un joli 6/10 à 3 pts…

Certes la stat est parlante. Mais derrière la stat que se cache-t-il ?

Une fillette qui un jour entend par son coach d’Alsace que si elle veut pouvoir jouer à haut niveau, il allait lui falloir développer un tir à 3 pts…

Mel a eu envie de partager avec toi cette partie de son histoire :

Cette phrase n’était pas tombée dans l’oreille d’une sourde… Ni d’un sourd d’ailleurs (mon papa étant présent au moment de la discussion).

Retour à la maison pour en discuter. A cette époque là j’étais encore benjamine, donc U13 en langage actuel 😋 et je n’avais que 2 entraînements par semaine. Ni une ni deux, mon papa et moi décidons de demander un créneau supplémentaire à mon coach en club pour pouvoir commencer à s’entraîner au shoot longue distance.

Quel coach peut refuser une pareille demande à partir du moment ou ça n’empiète pas sur ses créneaux ?

Quelle a eté la réponse du coach à votre avis ?

Un grand OUI bien sûr.

Nous voilà partis chaque vendredi soir pendant que les U13 garçons s’entraînaient pour une session d’1h30 de shoot sur un des paniers de la salle. Il y avait 6 paniers en tout ça aide 😊 (A cette époque là je ne savais pas encore comment travailler pour être efficace mais j’avais de la volonté à revendre !)

Quoi qu’il en soit je travaillais 1h30 de plus que les autres pendant que mon généreux papa travaillait son cardio en courant après les ballons dans le gymnase (et oui l’adresse n’était pas du tout au rdv !)

D’ailleurs au passage MERCI papa pour ce précieux temps accordé. Sans toi ce 6/10 n’aurait certainement pas pu voir le jour. Pas de la même manière du moins… Et c’est d’ailleurs pour ça que mes performances d’aujourd’hui ont une saveur si particulière. Parce que je sais tout l’investissement et le travail qu’il y a eu derrière ! Et pas seulement le miens mais celui de tout mon entourage !

Pourquoi je vous parle de ça ?

Parce qu’aujourdhui j’ai 28 ans. Et je concrétise par les stats le travail de toute une carrière. Qui comme vous le voyez a commencé 15 ans en arrière.

Qu’est ce que j’aimerais que vous reteniez ?

==> Que si tu veux VRAIMENT quelque chose, il va falloir aller le chercher !
==> Que La progression au basket est faite de sacrifices. Comme toute autre progression d’ailleurs.
==> Que si tu veux atteindre tes objectifs, il faut donner de ta personne.
==> Que la patience s’apprend et finit toujours par payer (je ne le suis absolument pas de base mais j’ai appris à apprécier chaque moment, qu’il soit positif ou négatif d’ailleurs)
==> Qu’à force de travail et d’abnégation, on finit toujours par arriver à ses “faims”.
==> Qu’au delà des résultats, le partage de tous ces moments (parfois chiants, il faut le dire aussi) avec les gens qui nous tiennent à cœur est d’une valeur inestimable !

L’Iron Feet passe au Basketball Impulsion Lab’

L’Iron Feet passe au Basketball Impulsion Lab’

Entre dans le Basketball Impulsion Lab’ et découvre avec nous la marque Française & innovante spécialisée basket  B.EASE  !

ALERTE « ON EST PAS LA POUR S’EN METTRE PLEIN LES POCHES » :

Sache qu’on ne touche pas de commission grâce à cet article ! On n’a pas de partenariat avec la marque B.EASE, mis à part le fait qu’ils nous ont envoyé leur chaussure pour qu’on les teste, et qu’ils nous ont laissées complètement free sur le contenu de l’article !

On en a déjà parlé sur ce site, trouver une bonne paire de pompes pour jouer au basket, c’est pas forcément facile. C’est même parfois hyper dur. Le confort n’est pas toujours top, même quand on achète de la marque, le maintien ne convient pas toujours, ou bien c’est le style qui va pas du tout…

BREF : un casse-tête qui peut devenir CASSE PIED héhé

Il se trouve qu’on a entendu parlé avec Mel de la marque B.EASE sur Facebook : cette toute jeune marque nous a interpellées car elle a choisi de s’axer en priorité sur le confort du basketteur sur le terrain, notamment en faisant tester leur produit et en l’améliorant au fur et à mesure.
Ils ont réussi à sortir un modèle qui se veut optimal pour nous les Basketteurs, grâce à leur nouvelle approche.
Et le « hasard » fait qu’ils nous ont contactées pour parler de leur marque…

C’est donc tout naturellement qu’on leur a demandé à tester leur produit, ce qu’ils ont volontiers accepté !
(Ouaiiiis ! C’est le premier test de produit pour Basketball Impulsion ! Et ça, c’était plutôt cool, 3 mois après avoir eu l’idée du projet : GROS KIF !
D’ailleurs si vous avez des produits basket/amélioration de la performance à nous faire tester n’hésitez pas ! On sera ravies de vous donner notre ressenti !)

Après avoir reçue la paire de B.ease dans la boite aux lettre, on s’est empressées de l’essayer et évidemment on debrief tout de A à Z ici, pour vous !

Petite précision : c’est Claire (moi) qui a testé les chaussures, promis la prochaine fois c’est à ton tour Mel !

Ouais je sais vous êtes VIP mais c’est comme ça : chez Basketball Impulsion, on partage tout (ou presque…)

Premières impressions à la réception : 6/10

Style :

Lorsque j’ai reçu les B.EASE, j’ai directement demandé l’avis de mes co-équipières sur le design : c’est un critère principal pour la plupart des basketteurs-euses qui choisissent des chaussures (parfois même avant de se demander si la chaussures est confortable, ce qui est pas top ^^).

Bon on va être honnête : les filles n’ont en majorité pas aimé le visuel de la chaussure. Les explications tournaient autour de la forme de la chaussure qui paraissait trop grosse avec le scratch notamment, et aussi parce que le logo et le nom de la marque sont un peu trop apparents.
Les couleurs ont plu par contre : le rouge et le noir sont des valeurs sûres !

Avant de les enfiler, je les ai manipulé pour que tu aies un max d’info sur ces B.EASE !

Voila ce que j’en retiens :

Poids plume :

Elles sont ultra légères !
Ça c’est un gros point positif pour moi. Bon je suis moi-même pas lourde, donc c’est peut-être pour ça que j’aime pas les pompes lourdes : à toi de voir, comme d’habitude 😉

Le matos :

Les matériaux semblent de bonne qualité et souples sur l’ensemble de la chaussure.

Souplesse de la semelle :

L’avant pied était déjà souple avant même que je les utilise, alors que le talon est plus rigide : c’est bon signe, c’est en général un gage de confort : on va voir ça tout de suite !!

Premier enfilage : 8,5/10 

Alors là : c’était le pied ! (ahah, oui bah écoute je me fais des kiffs, tu commences à nous connaitre maintenant^^)

Leur chausson : en mode pantoufle devant la cheminée posey !

Hyper simple à enfiler même si c’est un chausson.
Encore une fois, soyons honnête :
LA-MARQUE-DONT-ON-NE-DOIT-PAS-PRONONCER-LE-NOM (Nike ahah) a quand même mis des chaussons dans des chaussures (comme certaines KD ou LeBron) pour un confort optimal, sauf qu’ils ont fait des chaussures quasi impossible à enfiler… si tu arrives à les mettre, ça y est tu es échauffé tellement tu as dû forcer !!

Revenons à nos B.EASE : elles sont donc hyper simple à enfiler

Le chausson est d’un confort que je n’avais JAMAIS vu auparavant !! Il est vraiment épais et moelleux et on ne sent aucune résistance ou frottement dans la chaussures ce qui est quand même une performance hors du commun.

Pour moi c’est vraiment LE point fort du modèle !

La semelle intérieure : travaillée et confortable

On sent tout de suite la semelle qui laisse le pied (notamment le talon) bien calé et bien amorti.

Flex

La souplesse du pied se sent directement : je bouge easy sans avoir besoin de « casser » la chaussures pendant une semaine… on reviendra là-dessus plus loin dans l’article ! Mais dès le début, je sens que je suis libre dans le déroulé de mon pas.

Tire la languette 😝

La languette pour enfiler la chaussure plus facilement n’est pas bien fixé : c’est un défaut qui est connu de la marque et qui est bossé actuellement donc ça devrait être corrigé. Moi du coup j’utilise pas la petite languette rouge pour enfiler mes chaussures, ça pose pas de problème mais je tenais à ce que tu sois au courant 😊

Les lacets :

Grâce aux lacets qui passent par pas mal de trous (je les ai pas compté, je me suis dit que tu t’en foutais, on est d’accord ?), j’ai eu la sensation de pouvoir ajuster au plus près le serrage de la chaussure, et même constat que plus haut : c’est peu le cas sur les autres modèles plus connus.

Problème : semelles orthopédiques

Je porte d’habitude des semelles orthopédiques (pour plus de confort) dans mes chaussures de basket. Elles ne rentraient pas dans mes B.EASE. Mais la semelle de base des chaussures est vraiment travaillée et confortable donc ça n’a pas posé de problème.
Par contre si tu as des semelles orthopédiques pour corriger ta posture ou autre, cette chaussure n’est peut être pas pour toi car te passer de tes semelles orthopédiques n’est pas possible.

On reparle du design !!!!

Visuellement, elles rendent BEAUCOUP mieux une fois au pied.
Alors, certes le design dans leur carton n’a pas plu à ma team (merci les filles pour vos avis d’ailleurs) mais une fois que je les portais, c’était plus du tout la même histoire !
En fait, elles paraissaient grosses dans leur carton d’emballage, mais quand tu les mets, direct, leur forme devient plus naturelle et fine, donc au final, plutôt cool de se rendre compte que le modele plait !

Essai à la course et aux cross : 9/10

T’es fragile des chevilles : Moi aussi…

J’ai des grosses séquelles de plusieurs entorses de chevilles (les deux hein pas de jaloux chez moi…) donc j’avoue que j’ai un peu flippé, sans connaitre la marque ni leur qualité de maintien de la cheville… mais WOW : le modele ne parait pas si haut, à la limite du mi-haut, et pourtant je me sens grave « safe » sans être enfermée non plus : on a donc un vrai équilibre entre maintien et liberté qui est rarement trouvable.

Scratch :

L’avant du pied est bien maintenu grâce au scratch.
L’effet « scratch » : c’est le feu ! Tu sens vraiment que ton avant pied est maintenu mais mobile. C’est vraiment bien foutu leur concept, je sens que mon pied est beaucoup plus libre de dérouler comme il veut, pas du tout de sensation d’avoir une semelle rigide.

Souplesse et finesse :

Un des autres gros points positifs concerne la souplesse de la chaussure, et ce dès la première utilisation sur le terrain.
Je me suis sentie réellement accompagnée, voire aidée dans mes mouvements mais jamais freinée.

Alert pour les joueurs-euses qui n’aiment pas se baisser 30 fois par entrainement :

Les lacets ont tendance à se défaire vite avec un noeud simple. Donc fais un beau double noeud si tu veux que ça tienne ^^

Note globale du Basketball Impulsion Lab’ : 23,5/30 ou 7,8/10

Attention, je ne fais pas un procès aux grandes marques, que je porte quasiment depuis que je suis basketteuse, mais c’est cool de voir qu’il existe des alternatives avec un vrai boulot de recherches de confort pour les joueurs et les joueuses, plus important que les recherches de la meilleure punchline marketing pour vendre…

Je me retrouve donc avec une super paire de pompes niveaux confort, elle remplit tout ce dont moi j’ai besoin comme caractéristiques pour être la paire de chaussures la plus confortable que j’ai jamais porté.

Toutefois nous mettons un léger bémol sur la durabilité du produit dans le temps. En effet, actuellement il y a encore deux/trois détails qui méritent d’être améliorés pour qu’elles soient au top du top. Ils se situent au niveau de la languette pour enfiler la chaussure qui se détériore un peu trop vite à notre goût ou encore la semelle qui nous semble un peu trop fragile encore pour supporter une importante charge d’entraînement…

En attendant, pour en avoir discuté avec les créateurs, ils sont conscients de ces petits points à améliorer, et ils sont déjà en train de préparer la version améliorée. Nul doute qu’elles seront encore un peu plus attractives puisque l’amélioration est effectuée en fonction des retours des joueurs et joueuses utilisant le produit régulièrement.

C’est ce qui représente à nos yeux une stratégie gagnante sur le long terme 😉
et évidemment, on s’empressera de tester la B.EASE 2.0 pour toi dès qu’elle sortira !

Un grand MERCI à B.ease pour la confiance et le produit, et surtout beaucoup de réussite pour la suite.

Nous on y croit !

Tu as envie d’en savoir plus sur B.EASE ?  –> Voilà le site de B.EASE

Tu veux des conseils pour savoir quel modele choisir ? Bah : ça se passe ici !

Respirer ça s’apprend❓

Respirer ça s’apprend❓

Etre moins essoufflé-e pendant les games, avoir plus de lucidité, prendre les bonnes décisions au bon moment ça t’intéresse ?

💨 As-tu déjà pensé que bien respirer pouvait t’aider à atteindre tes objectifs ?

Tu es peut-être en train de te dire « mais on sait tous respirer sans effort non ? »

Ou encore…

« Mais il faut une préparation pour ça ? »

Ça te semble un peu fou ? Bizarre ? Ou encore inutile ?

Et puis pourquoi je te dis ça ?

👉 Parce qu’ actuellement Amandine Boisgrollier c’est 18 et 19 points (dont un joli 3/6 à 3 pts ce samedi) marqués lors de ces deux derniers games…

Pour celle qui jouait encore en NF2 la saison dernière, elle semble à présent, pleinement avoir pris la mesure de la NF1 et faire parler ses qualités de scoring ✊

Basketball Impulsion est allé à sa rencontre cet été, pour discuter avec elle de sa façon de se préparer pour ce nouveau challenge.

Avec notamment l’utilisation de la méthode STATO créée par Sepp Mougnol.

Et au vu de ses dernières performances, il semblerait qu’il faille prendre 5 minutes pour écouter ce qu’elle a à dire !

 

Nos meilleures amies : les pâtes

Nos meilleures amies : les pâtes

Allez, cassons le mythe de nos meilleures amies !

En basketteuses que nous sommes, on est de grosses fans des pâtes. On pourrait en manger tous les jours, deux fois par jour, voire trois… mais on se limite à une ou deux fois par semaine, et on va t’expliquer pourquoi. 

Faisons les présentations : 

Les pâtes sont dans l’ensemble un mélange de blé dur et d’eau, que l’on sèche ensuite pour qu’elles deviennent dures et puissent conserver plus longtemps. 

Quelles pâtes choisir 

La majorité des gens et aussi des basketteurs qui ont écouté les conseils qu’on leur a donné, mange des pâtes « blanches ». Ce sont les pâtes classiques, tu sais, celles qui ont quasiment tout un rayon rien que pour elles au supermarché.

Mais ce que tu ignores peut être, c’est que ce repas d’avant compétition classique « pâtes blanches en quantité » n’est pas optimal pour ta performance. 

Et oui, leur cousines, les pâtes complètes ou semi-complètes, sont faites à partir de blé complet et donc riches en fibres. Et les fibres ça ne sert pas que pour avoir internet, c’est aussi bon pour toi : elles jouent un rôle majeur dans la digestion. Elles sont également plus riches en nutriments.

Et le top pour toi qui veut être « in the zone » pour ton match et performer jusqu’au buzzer final, c’est l’energie qu’elles apportent :  vu leur composition, les pâtes complètes vont t’en apporter plus longtemps que les pâtes blanches et tu auras moins vite la sensation de faim.

Le troisième bon point des pâtes complètes, c’est leur apport en protéines. Elles en apportent beaucoup plus que les pâtes classiques. Et quand on sait que les protéines permettent de fabriquer notamment les muscles et les os, on se demande pourquoi les basketteurs n’ont pas de repas aux pâtes complètes plus souvent.

La cuisson de tes pâtes

En te renseignant sur l’emballage, tu vas trouver le temps de cuisson idéal de tes pâtes. Tu as peut être des préférences, mais il est important que tu saches que si tu cuits trop des pates, leur apport est moins bon et leur assimilation se fait plus rapidement dans ton organisme. Tu as donc de l’énergie moins longtemps.

Les alternatives aux pâtes :

Les pâtes sont des féculents parmi beaucoup d’autres. Il en existe là encore des plus pertinents que d’autres pour la pratique du basket. comme on te l’a dit au début de cet article, nous avons limité le nombre de fois où nous mangeons des pâtes….

car il existe des féculents plus intéressants que les pâtes (même complètes) en terme d’apport pour le-la basketteur-euse ! Et en plus ils ne prennent, pour la plus part, pas beaucoup plus de temps à cuire. 

Le riz basmati, sauvage, noir ou rouge, le quinoa, le boulgour, le maïs, le blé kamut, le millet, le sarrasin, l’amarante, l’epeautre, la patate douce, l’igname, le manioc… 

Ces céréales, plantes et tubercules que l’on connaît en général un peu moins, ont l’avantage de cumuler apport en glucides mais également en protéines végétales. Ce qui va nous intéresser fortement en tant que sportif voulant entretenir, voir développer sa masse musculaire. 

Tu l’auras compris, les pâtes c’est oui. À condition qu’elles ne soient pas à tous les repas, en quantité raisonnée (de 60 à 100 grammes crues par repas selon tes besoins, tes entraînements et ta faim), et que les féculents a indice glycemique bas soient privilégiées.

 

Claire 🤹🏼‍♀️ & Mel 🤹🏻‍♀️
3 conseils pour bosser tes stop-tirs

3 conseils pour bosser tes stop-tirs

Tu aimerais bien de marquer des stop-tirs sur sur la tête de tout le monde à la Klay Thomson…

Mais tu te retrouves toujours à bout de force au moment du tir ?

Ou géné-e par ton défenseur ?

Ou alors tu es en déséquilibre complet au moment où tu as envie d’armer ton tir et encore pire : quand tu sautes pour shooter ?

Bonne nouvelle pour toi :

Ce sont des choses qui se travaillent et qui s’améliorent SI TU LES TRAVAILLES DE MANIERE SPECIFIQUE !
Tu vas trouver dans cet articles les 3 FOCUS pour progresser sur ton stop tir et en placer plus souvent a l’entrainement et en match.

 

 

Focus NUMERO 1 : ton dribble

« mais qu’est-ce-que c’est que ces histoires de dribble alors que moi je veux tirer ?? »

Bah oui ok le tir, mais pour réussir à enchainer un drive puis un shoot, il faut que ton dribble « aide » ton armée de tir, ton rythme aussi, bref il faut que tout ça concorde et aille dans le même sens pour que tu puisses être adroit.

Un repère que je me fixe quand je bosse : je pose mon dribble légèrement devant moi (également sur le coté pour pas me faire piquer la balle hein^^) , comme ça je la récupère plus facilement pour le shoot. Devoir aller chercher la balle vers l’arrière c’est genre une danse contemporaine hyper complexe en mode Christine and the Queens… bon j’aime bien l’idée mais pour le moment on va d’abord chercher de l’efficacité hein !! ^^

si t’es pas capable de poser un bon dribble, qui te fait avancer et gagner ton terrain, tu ne pourras jamais stopper tirer devant un bon defenseur.

Deuxième focus : ta flexion de jambes

Pour enchainer un bon tir, tu dois baisser ton centre de gravité, donc te fléchir pendant ton dribble.
Sur tous tes drives, le mieux est d’être fléchi-e, car ça te rend plus stable face au contact, et plus enclin à réagir.
Mais alors si tu veux stopper et tirer, la c’est juste obigatoire….
Être fléchi-e avant même d’avoir armé ton tir te permettra de pouvoir puiser la force nécessaire dans tes jambes quand tu vas t’arrêter pour shooter, de transformer ta viterre horizontale en vitesse verticale et de gagner un temps précieux sur ton defenseur.

Focus numero 3 : ton style

Mais non pas ton style vestimentaire !! (bon ok ça a son importance, mais pas dans cet article ^^)

Je parle de ton style car en fonction de tes caractéristiques, il est primordial de te trouver un style : en suspension, en extension, très droit, un peu déséquilibré, armée plus haute ou basse que tes tirs a trois points, même armée ?

Ce sont des caractéristiques que tu peux trouver en testant un peu tout.
Par contre quand tu teste, ne te fie pas du tout au résultat (marqué ou pas) : TOUT CE QUI COMPTE SONT TES SENSATIONS !! Marquer ou pas, c’est aléatoire quand on bosse techniquement sur un nouvel aspect, ça se travaille, par contre le confort si tu le trouves naturellement, c’est carrément plus facile de corriger des petites choses pour gagner en efficacité rapidement.

Petit conseil : pour les « grands » (ceux qui sont en général plus grand que leurs adversaires), ou ceux qui ont une détente à la Space Jam, la suspension est souvent un atout. Pour ceux qui sont plus petits que leurs adversaires, il vaut mieux miser sur la vitesse de dribble et l’extension pour shooter avant que de grands bras ne viennent contrer le shoot.

Pour aller plus loin :

Le stop tir est vraiment plaçable souvent, si tu le maitrises et que tu sais pourquoi tu le fais. Commencer par le placer à l’entrainement plus régulièrement est un premier pas pour te rendre compte de tes possibilités. Et l’étape suivante est de réussir a en place un par match pour commencer et voir comment tu te sens avec ça.

Et surtout n’oublie pas de te féliciter comme tas envie quand tu arrives à en placer alors que c’était pas gagné 😉

Si tu as envie d’en savoir plus sur le tir, ça se passe ici : 

10 étapes pour booster ta confiance et shooter à 50% en match 

Comment faire des séries de tirs VRAIMENT efficaces ?

Have fun

Claire 🤹🏼‍♀️ & Mel 🤹🏻‍♀️

Les séries de shoots qui te font VRAIMENT progresser !

Les séries de shoots qui te font VRAIMENT progresser !

Les séries de shoots sont un grand classique pour les basketteurs : les coachs demandent régulièrement d’effectuer des séries dans le but d’améliorer le pourcentage de réussite de leur équipe.

Mais es-tu sûr-e de progresser quand tu fais des séries ?

Est-ce que tu sais pourquoi tu en fais ?

Et le pire : est-ce que tu ‘ennuies de “juste shooter” pleins de fois d’affilé sans un vrai but ??

 

C’est pour répondre à ces questions et que tu progresses plus rapidement sur ton shoot (entre autres…) qu’on a voulu écrire cet article : nos conseils vont te permettre de rentabiliser les séries de shoots à fond, de manière hyper individualisée et efficace.

 On va donc te donner des idées concrètes à mettre en place dès ton prochain entrainement ! (et en plus, on t’a filé des petits BONUS de progression à la fin de l’article, donc je serai toi, je resterai jusqu’à la fin 😛 )

 Je sais tu as super hâte d’en savoir plus et je te comprends…

 Alors, FEU !! 

La base : fixer un objectif à tes séries de shoots

C’est la base si tu veux que tes séries de shoots imposées soient rentables !! (je dis “imposées” parce que je suppose que lorsque tu es tout-e seul-e, tu as clarifié tes objectifs avant de te lancer dans des séries endiablées… non ? sérieux ? Alors poursuit IMPERATIVEMENT ta lecture 😉 )
Répéter ton shoot sans y mettre du sens revient à peu près à se taper la tête contre un mur en attendant que le mur flanche….

Autant te dire que c’est voué à l’échec et on va t’expliquer pourquoi tout de suite !

LES 7 MEILLEURES RAISONS DE FIXER UN OBJECTIFS À TES SERIES DE SHOOTS

  • L’objectif te motivera : en bon compétiteur-trice que tu es, tu vas vouloir l’atteindre quoi qu’il arrive. 
  • Ça te permettra d’avoir un avis très concret sur ta performance et de te situer : « oui j’ai atteint l’objectif de mettre 8 paniers de suite » ou « non je n’ai pas réussi ». 
  • Tu vas développer de la confiance en toi parce qu’atteindre un objectif qu’on s’est fixé seul-e est toujours valorisant. Ton autonomie est précieuse. Et quand tu réussis à franchir une barrière, ne boudes pas cette réussite. Au contraire, félicite toi ! 
  • Tu vas entrainer ta volonté et ta persévérance parce que tu seras seul-e avec ton objectif et que si tu échoues, tu seras également seul-e à pouvoir te faire recommencer !
  • Ça te permettra de te voir évoluer ou stagner dans certains domaines. Si tu progresses, tu augmentes le niveau de l’objectif, si tu stagnes tu recommences en cherchant à t’améliorer.
  • Tu vas le retranscrire en match parce que le match demande de l’efficacité « qui compte » : il y a un objectif de résultat. En t’habituant a avoir un objectif en tête, tu seras plus à même en match de répondre présent-e dans les moment chauds.
  • Tu vas beaucoup plus t’amuser : ça, c’est une condition « sine qua non » pour nous. On joue au basket parce que c’est notre passion, et se challenger avec un objectif fait parti de la notion de plaisir. Certes, c’est un jeu où il faut gagner contre soi. Mais c’est un jeu quand même.

Ce que tu peux faire concrètement :

C’est en réalité assez facile d’optimiser tes séries,  à partir du moment où tu connais ton shoot et où tu sais ce que tu veux en faire…

Un-e joueur-euse qui doit modifier son tir n’aura pas besoin de se fixer les mêmes objectifs qu’un-e joueur-euse qui veut augmenter son pourcentage à trois points en sortie d’écran. Leurs séries et leurs objectifs de séries vont être différents. 

Moi, je fixe mes objectifs de séries en fonction de mes qualités propres, de mon rôle dans l‘équipe, du moment de l’entrainement, etc.

Et c’est très efficace pour progresser très spécifiquement et mesurer les avancées, moi j’adore ! 

Il existe énormément de sortes d’objectifs de série, du plus basique au plus fun, du plus spécifique au plus varié. C’est encore une fois à toi de voir ce qui te plait, ce qui te motive et t’anime, et quels résultats tu veux.

La clé est encore l’individualisation

Idées concrètes d’objectifs de séries de shoots 

Bon, on entre dans le vif du sujet…

Si tu as lu le début de notre article, tu dois maintenant te dire qu’on radote des trucs chelous et tu vas quitter notre site illico. Bon si c’est le cas, merci d’être passé et c’était génial de t’avoir comme lecteur-trice 🙂

Mais si tu te dis “tiens c’est pas bête de fixer un objectif quand je shoote…”, alors on avance ensemble vers ta progression !

Parce que  là, on va encore te donner des VRAIES pistes pour que tu puisses tester ce qui te plait et ce qui te fais progresser (ou pas) ! C’est une liste qu’on s’est créée à force de se demander pourquoi on faisait des séries de shoots. Il est donc nécessaire que tu te poses d’abord la question pour toi, avant de venir éventuellement piocher dans nos idées si elles te plaisent 🙂

 

Notre liste d’objectifs en exclu rien que pour toi (parce qu’on te kiff):

 

– objectif zen master
C’est un de mes préférés (car il est difficile pour moi…) :  il consiste à trouver du relâchement dans ton shoot en te basant sur les points forts de ta gestuelle. il est un peu plus difficile à mesurer, mais tu peux l’évaluer par tes sensations.

 

– objectif game time
Bon, le nom de l’objectif est parlant je pense… Tu te mets au plus proche de tes situations de shoots en match : ça demande bien sûr que tu connaisses ton jeu (pour savoir exactement où tu shootes en match, de quelle manière, etc.) mais c’est du kiff en barre !

 Attention, car c’est un exercice fatiguant : vois avec ton entraineur ou une de tes personnes ressource pour savoir quand faire ce genre de séries.

– objectif technique

 Tu as un “défaut” dans ton tir que tu essayes de corriger car il gène ta régularité ? Tu peux y consacrer tes séries de shoots. il est important dans ce cas d’être attentif-ive à CE détail et non au fait de louper ou marquer (dans un premier temps en tout cas).

 Et le mieux est d’avoir quelqu’un qui te regarde shooter pour te dire si oui ou non tu arrives à corriger ton geste.

– objectif de réussite

C’est le plus classique : il consiste à te fixer un objectif clair du nombre de panier marqué, du pourcentage de réussite ou encore de la plus longue série sans louper de panier.

 

 Dans cette liste, tu prends ce qui t’intéresse, tu remixes pour l’adapter à tes caractéristiques, tu testes des nouveaux trucs : fais toi plaisir, les possibilités sont quasi-infinies. 

Si tu n’arrives à te connaitre suffisamment pour pouvoir fixer tes propres objectifs, on t’invite à regarder le contenu de nos formations car elles pourront t’aider à y voir plus clair et à progresser plus rapidement…

 

notre bonus “parce-qu’on-sait-que-tu-vas-encore-plus-progresser”

Tu fais généralement des séries de shoots avec un coéquipier. Sauf si tu es comme les joueurs nba avec 3 rebondeurs par joueurs ? Si c’est le cas, KIFF BIEN !! Sinon, tu vas devoir également prendre les rebonds de ton-ta teammate. Ce qui peut paraitre comme un frein à ton envie de progresser au shoot.

Mais en fait NON ! Tu prends les rebonds de ton-ta pote (ou pas pote parfois ^^), mais vous pouvez vous entraider !  Je m’explique : 

Si tu bosses sur du spécifique : par exemple la position de ton pied droit pendant ton shoot. Rien ne t’empêche de le dire à ton-ta coéquipier-e et qu’il regarde la position de ton pied. Avoir un avis extérieur est toujours positif si tout est clair dans le but de la série. Et évidemment, tu feras pareil pour lui et vous avancerez plus rapidement et avec plus de clarté.

notre super bonus “parce-qu’on-kiff-que-tu-progresses-vite”

https://www.youtube.com/watch?v=mvJ1uIWPb48&t=18s

Toujours en se disant que tu n’as pas (encore) trois rebondeurs pour toi, et que du coup tu rebondes ton-ta coequipier-ière, que penses-tu de travailler ta qualité de rebond et ta qualité de passe EN MÊME TEMPS que ton shoot ??? Quel meilleur moment pourrais tu trouver pour travailler des attraper de balles à une main suivi d’une passe dans le dos ?? Optimisation de ton temps, again…

En bref…

Tu veux rentabiliser tes séries de shoots pour devenir le meilleur shooteur possible ?

Alors tu dois :

  • savoir pourquoi tu fais une série
  • Fixer des objectifs très précis et spécifiques à tes caractéristiques
  • Utiliser les deux petit plus pour rentabiliser au max ta série 

Avec ça, tu sais quoi faire avant, pendant et après tes séries.

Amuse toi bien, n’hésite pas à commenter si tu as envie de partager des choses ou poser des questions, on est la pour t’aider à y répondre ! 🙂 

 

Cet article t’a plu et tu as envie d’aller plus loin ?

Alors découvre notre Impulsion : “Booste ta confiance en 7 étapes” pour accélérer dès maintenant ta progression

Claire 🤹🏼‍♀️ & Mel 🤹🏻‍♀️

Roger that !

Roger that !

(Petite référence dans le titre à mon joueur de tennis préféré, Roger Federer… j’ai pas pu m’empêcher 😝)

Dans cet article, tu vas découvrir tous les avantages à mettre une balle de tennis dans ton sac de sport, entre une paire de chaussettes qui puent et le vieux paquet de biscuits (pas n’importe quels biscuits hein ?)

 Bref, juste pour préciser : le top c’est d’utiliser une balle de tennis ET une balle de basket en même temps. si tu n’y arrives pas, c’est pas grave, vas-y progressivement avec des gammes hyper simples ! tu verras si tu fais ça régulièrement, les progrès vont arriver vite 😉 et si tu veux des idées d’exercices, on en a pleins dans nos formations ici 

 

 

TOP 4 DES RAISONS D’UTILISER UNE SIMPLE BALLE DE TENNIS POUR DEVENIR LE-LA CROSSEUR-EUSE de tes rêves

#1 Bosser ta dissociation 

Tu peux bosser sur la dissociation en utilisant 2 balles de formes, de tailles, de poids ou encore avec une qualité de rebond différente.

 Comme elles ont des caractéristiques différentes, tu vas devoir t’adapter constamment pour pouvoir maitriser les deux balles. 

La balle de tennis est plus petite, plus légère, et rebondie légèrement moins facilement qu’une balle de basket. 

C’est parfait parce que tu peux bosser en dribblant avec, en la lançant en l’air, bref tu peux faire tout ce que t’as envie ^^

#2 adapter les exos à ton niveau et évoluer dans ta progression

Pour compléter le premier point, la balle de tennis n’est pas LA balle la plus dure à contrôler pour les basketteurs-euses : elle s’attrape facilement par sa taille et son rebond ressemble à celui de la balle de basket. 

C’est donc un exercice que tu peux adapter à ton niveau : si tu débutes, tu feras des « chorégraphies » assez basiques, mais tu vas vite te rendre compte que tu peux quasi infiniment augmenter la difficulté quand tu sens que tu maitrises le « level 1 ».

#3 Let’s have some fun (traduction ici ^^)

J’avais presque envie de le mettre en premier argument… mais bon allez en troisième c’est bien aussi. 

LE FUUUUUN !!!!!! 

Oui parce que bon la dextérité en mode « gamme de pianiste » sur place, c’est utile, c’est la base, c’est ton socle. mais ça peut vite te paraitre chi….. euh, ennuyant. 

Et devine quoi ? Quand tu rajoutes un baballe différente (ici balle de tennis) et bah c’est carrément plus stimulant, difficile et fun. Et en plus comme on adore faire les clowns, on te file des exercices qui sont presque du jonglage. Oui oui, du jonglage. Ça te permet de bosser ton aisance avec le ballon en même temps que ta dextérité 😉

#4 Si Steph le fait, ça se tente…

Et le dernier argument (et pas des moindres) c’est que les meilleurs crosseurs et crosseuses du monde utilisent les balles de tennis en dextérité. Dans notre liste de media sociaux disponible dans nos formations, tu vas pouvoir t’en rendre compte. Si les meilleurs le font c’est que ça les aide à être les meilleurs, tu me suis ?? Alors bon, en t’inspirant des meilleurs, tu te doutes bien de ce qu’il va se passer… 🙂

#BONUS

Sais-tu que tu peux t’auto-masser l’aponévrose du pied (ce qu’il y a sous ton pied) avec une balle de tennis ? 

Il est fréquent que les basketteurs-euses aient toute la chaine postérieure tendue et te masser avec la balle de tennis en fin d’entrainement te permettra de relâcher le dessous de ton pied : BOOM  ! Comme ça, ta balle de tennis sent comme ta paire de chaussettes qui puent héhé !! (si tu veux en savoir plus sur les auto-massages, ça se passe ici !!)

allez petite conclusion avant de te laisser aller jouer avec une balle jaune et une balle orange : 

N’hésite pas à amener de nouvelles choses lorsque tu travailles, et spécialement lorsque tu travailles des gammes, des basics, des essentiels enfin bref, un truc qui à la base peut paraitre un peu répétitif.

La balle de tennis est un exemple qu’on aime bien mais il en existe pleins d’autres !! Sois créatif-ive, amuse toi et n’hésite pas à nous parler des tes idées dans les commentaires 🙂

 

Claire 🤹🏼‍♀️ et Mel 🤹🏻‍♀️