TOP 10 DES CONSEILS POUR CROSSER ET FAIRE TOMBER TON ADVERSAIRE

TOP 10 DES CONSEILS POUR CROSSER ET FAIRE TOMBER TON ADVERSAIRE

Le jour ou j’ai compris qu’il y avait une différence entre crosser et crosser ça a changé mon jeu !

Je m’explique…

Il ya une dizaine d’années on avait pas encore trop conscience, en France du moins, de l’importance du rythme et du footwork (placement des pieds) quand on crossait. Et encore moins chez les femmes.. Mais je ferai ma féministe un autre jour

Du coup jusqu’a mes 22 ans je travaillais mon dribble sur des circuits mais plutôt sur un rythme d’échauffement, avec de l’amplitude certe et des attitudes mais rien à voir avec ce qu’il se fait actuellement, notamment aux USA sur les skills individuels au niveau du cross.

Puis vers 23-24 ans je voyais les plus jeunes arriver dans le circuit pro avec de plus en plus d’aisance sur les cross. Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à aller regarder chez elles. Et des informations à aller chercher en dehors de la France…

J’ai commencé à regarder ce qui se faisait aux USA notamment. J’ai écouté les conseils des coachs américains sur le dribble et j’ai expérimenté plein d’exercices différents pour trouver ce qui me convenait.

A travers mes recherches et expérimentations, j’ai compris que:

🔥 Le cross si tu ne le travailles pas à vitesse maximale à l’entraînement tu perds ton temps.

🔥 Si tu ne perds pas la balle 3 fois sur 10 c’est que t’es dans ton confort et que tu peux encore accélérer

🔥Le placement des pieds est aussi importants que la qualité du cross en elle-même

🔥Quand t’es à l’entraînement imagine toi ton adversaire et tente de le passer aussi près que possible pour pouvoir l’attaquer à la hanche pendant les matchs.

🔥L’importance de rester bas pour garder la vitesse

🔥Parfois juste relever son buste permets de créer de l’hésitation chez ton défenseur qui par mimétisme va se relever aussi et c’est à ce moment que tu vas pouvoir le passer.

🔥Après un cross, va tout droit et pose le moins d’appuis au sol

🔥 Si tu veux maitriser le ballon y’a pas de secret, tu dois avoir des routines de dextérité, courtes mais répétées minimum 3 fois par semaine.

🔥 Tous les exercices de dextérité ou d’aisance sont bons à effectuer puisqu’ils te permettent de ne faire qu’un avec le ballon, dans toutes les postions possibles (ce qui est très utile en match)

🔥 Pour te faire plaisir sur un cross et être efficace, il faut avoir bossé en explosivité et en réactivité pendant ta préparation physique

Si tu veux encore plus d’infos et de conseils sur ton basket tu peux t’inscrire à notre newsletter disponible ici  
🏀 https://www.basketball-impulsion.com

Et en échange de ton meilleur mail tu recevras en  🎁 de bienvenue les 2 premières vidéos de la formation en ligne Crosse comme un pro.

Stay tuned  🤙

Mel

 

 

 

Prépare ton été comme un pro & avec des pros

Prépare ton été comme un pro & avec des pros

Aujourd’hui, on a décidé de te filer 5 conseils pour que tu puisses améliorer tes entraînements pendant l’été !

⚠️ GROSSE SURPRISE  POUR TOI À LA FIN DE CET ARTICLE  (tu vas kiffer 😉)

Si tu les suis, tu verras ton niveau augmenter, aucun doute là-dessus.

Let’s go!

💥 Savoir ce que tu veux atteindre à la rentrée :

Qu’est-ce que tu veux améliorer dans ton jeu, dans ton mental, dans ton hygiène de vie, dans ton physique ? Ça peut être dans plusieurs domaines. Mais dans tous les cas, c’est important de pouvoir savoir à la rentrée si tu l’as atteint ou pas, et si tu peux continuer de bosser de cette manière ou pas.
Si tu fixes pas ça, tu vas t’entraîner un peu pour progresser partout mais sans être efficace, tu vas arriver à la rentrée avec les même problématiques qu’avant, c’est plutôt relou, non ?

💥 Avoir un plan

Bon alors, je suis pas fan des plans, je suis plutôt du genre impro, mais il faut dire qu’avoir une idée de la quantité d’entraînements, des conditions (une salle, un playground, dans ton jardin ?), de tes espaces de repos/détente etc, ça aide !
A toi de voir à quel point tu as envie que ce soit précis, ajustable ou plutôt stricte. A la carte en fonction de tes besoins.

💥 Mesurer tes progrès

Savoir que tu bosses bien, que ça fonctionne, et le mesurer concrètement (pourcentage de réussite, geste technique plus rapide, plus fluide, etc), c’est un gros moteur pour continuer à être motivé. Sans ça, tu risques de t’essoufler d’ici quelques temps juste parce que t’as pas l’impression de progresser 🙄 Ce serait du gâchis.

💥 Préparer des zones de kiff :

On en a fait l’expérience : juste bosser sans kifer, c’est pas nourrissant. Ça te rassure peut être, te donne de la confiance mais au final tu vas forcer pour aller travailler et arriver en octobre tu vas te rendre compte que tu n’as plus d’énergie pour continuer à t’entraîner, oups !
Alors que si tu axes ta prepa sur de l’effort mais kiffant (ça c’est individuel, à toi de trouver ce qui te plaît de faire !), là c’est nourrissant et tu finis tes séances fatigué certes, mais plein d’énergie et de bonheur (et oui c’est quand même la base 😅👌)

💥Appliquer la loi de Pareto

Oui je sais t’es en vacances, t’as pas envie de parler de maths.
On tient quand même à te briefer sur ce point, promis c’est pas relou 😇
(Si tu veux la lire de façon théorique c’est ici que ça se passe)
Appliquée au basket, cette loi dit que 20% de tes entraînements t’apportent 80% de tes résultats en game.
En gros : tu mets le focus sur les exercices, entraînements, préparation, alimentation etc qui t’apportent une rentabilité de dingue.
Et du coup, bah bizarrement ça progresse beaucoup plus vite qu’avant !

💥 Te filmer :

Je sais que c’est pas la première chose à laquelle on pense ! Mais c’est hyper enrichissant, quel que soit ton niveau.
Se voir shooter, crosser, défendre, ça ouvre les yeux sur tes attitudes, tes habitudes, difficiles à ressentir puisqu’ils sont en mode automatique.
Pas besoin d’un matériel de ouf : avec ton tel ça suffit, juste assez pour pouvoir te voir faire.

Et la surprise est là, pour toi, tellement motivé que t’as lu tout l’article 😁👌👍

🏀🔥Envoie-nous tes vidéos de séries de shoots, dribbles ou autres, on en discutera et on te dira ce qu’on en pense pour que tu passes un vrai cap d’ici à la saison prochaine. C’est une occasion en or d’avoir deux basketteuses pro qui te donnent leur avis sur tes axes de progression et te donnent des outils pour progresser 🔥🏀

Transmets nous tes vidéos en message privé sur notre page Facebook ici !

Avec ça en poche, tu peux changer énormément de choses et t’améliorer tout au long de ton été, tout en kiffant de ouf ce que tu fais 😬🏀

Claire 🌀 & Mel 🔥

Romane Bernies te donne ses skills de meneuse

Romane Bernies te donne ses skills de meneuse

💥 La meneuse du BLMA Romane Bernies, fraîchement qualifiée pour les 1/2 finales de LFB et sélectionnée parmi les 19 joueuses de l’équipe de France nous a fait l’honneur et le plaisir de nous accorder un moment de partage 💥

Dans cette vidéo tu découvriras :

➡️ Ses 3 meilleurs conseils pour meneurs et meneuses,

➡️ Ses astuces pour gérer la pression avant les grosses rencontres

➡️ Ses critères perso pour savoir si elle a fait un bon match à la fin de ses games 

Le tout avec le naturel enjoué qu’on lui connait 😀😍

Merci à toi Romane alias Choupi pour le moment de fraicheur et d’authenticité et bien évidemment nous te souhaitons beaucoup de plaisir, de fun et un joli trophée de championne de France à l’issue de ta saison !

Cette vidéo t’a plu et tu as envie d’aller plus loin ?

Alors découvre notre Impulsion : “Booste ta confiance en 7 étapes” pour accélérer dès maintenant ta progression

Top 3 des conseils d’un artilleur

Top 3 des conseils d’un artilleur

Dans cette vidéo, nous avons le plaisir et la chance d’interviewer le meneur évoluant actuellement à Fos Provence Basket : Edouard Choquet.
Et connaissant son adresse longue distance, on en a profité pour lui demander ses 3 meilleurs conseils pour être adroit !

 

➡️ Now it’s your turn :  pour toi quelles sont tes 3 meilleures astuces pour être adroit-e ? Réponds en commentaire

Cette vidéo t’a plu et tu as envie d’aller plus loin ?

Alors découvre notre Impulsion : “Booste ta confiance en 7 étapes” pour accélérer dès maintenant ta progression

Et toi, c’est quoi ton objectif ❓

Et toi, c’est quoi ton objectif ❓

On a tous des objectifs qu’on rêve d’atteindre. Mais pour les faire passer de rêve à réalité, il y a du chemin.

Pour nous le point de départ est de se fixer de VRAIS objectifs. 

Mais alors : quelle est la différence entre un objectif qui te motive VRAIMENT et un objectif qui est juste là sans t’apporter d’énergie  ?

Don’t worry : on t’explique tout ça dans la vidéo ! 

Cette video t’a plu et tu as envie d’aller plus loin ?

Alors découvre notre Impulsion : “Booste ta confiance en 7 étapes” pour accélérer dès maintenant ta progression

 

Claire & Mel

 

L’arme secrète des joueurs NBA

L’arme secrète des joueurs NBA

Aujourd’hui nous allons te parler d’une des armes secrètes (de moins en moins secrète d’ailleurs) des meilleurs joueurs de la planète : entre autres Steph curry, James harden, et consorts..

Petit indice, voici un extrait de témoignage à ce sujet du shooteur fou :

“Je flotte tous les 15 jours. Flotter m’aide à récupérer et à me relaxer, à détendre mes muscles. Après une séance, j’ai les idées claires et ça dure plusieurs jours après la séance » S. Curry

En effet, ce principe encore peu connu en France est utilisé depuis les années 1950.

L’isolation sensorielle est une  technique de relaxation qui consiste à flotter avec une sensation d’apesanteur, coupé du monde extérieur et centré sur soi-même.

Ok cool, mais c’est quoi exactement

Cette technique de relaxation consiste à se plonger dans un caisson rempli d’eau saturée en sel d’Epsom (eau 5 fois plus concentrée en sel que la Mer Morte, dans laquelle le corps flotte naturellement).

La température de l’eau étant réglée précisément à celle de la peau, le corps n’a ni chaud ni froid.

Isolé du bruit et plongé dans le noir, le cerveau est en situation d’isolation sensorielle complète. Aucun des 5 sens n’est sollicité, et même ceux auxquels on ne pense pas, comme le sens de l’équilibre ou celui de la perception de la température sont mis au repos forcé.

Combien de temps dure une séance 

Les séances durent 90 minutes au total dont 60 minutes dans l’eau. 

D’où ça vient

L’isolation sensorielle par la flottaison est née aux Etats Unis.

Mise au point à l’origine pour les besoins de recherches scientifiques effectuées dans le domaine de la conscience dans les années 1950, l’offre commerciale s’est développée dans les année 80 puis a explosé à partir des années 2000.

Elle se pratique dans des centres dédiés, très répandus en Amérique du Nord mais également en Angleterre, Australie, Allemagne, en Espagne et depuis peu en France aussi.

Quels sont les bienfaits

De manière générale, une diminution notable du stress et des insomnies, ainsi qu’une augmentation significative des capacités de concentration et de réflexion.

Pour les sportifs de haut niveau, les effets sont aujourd’hui reconnus, et l’isolation sensorielle est  largement exploitée comme une partie intégrante de leur préparation physique.

Des sportifs Américains de très haut niveau pratiquent ainsi la flottaison avant les compétitions pour évacuer le stress et favoriser leur capacité de concentration. 

Ils l’utilisent également après les compétitions pour leur récupération physique (réductions de certaines douleurs musculaires et articulaires, absorption de magnésium à travers la peau).

 

Avec toutes ces infos, on ne te dit pas d’acheter un caisson de flottaison en isolation sensorielle à mettre dans ton salon : ça prend de la place (tu pourras plus jouer à la Wii) et c’est (légèrement) super cher ^^

Mais avec cet article,  on voulait te montrer que les joueurs NBA se donnent les moyens (financiers, matériels, etc) de performer, mais surtout qu’ils n’hésitent pas à aller chercher des techniques différentes pour améliorer leur performance  et donc leurs résultats ! 

C’est inspirant de savoir que si tu souhaites progresser, tu peux aller chercher à ton échelle des choses différentes qui te permettront de flotter à ta façon 🙂

 

Cet article t’a plu et tu as envie d’aller plus loin ?

Alors découvre notre Impulsion : “Booste ta confiance en 7 étapes” pour accélérer dès maintenant ta progression

 Have fun

Claire 🤹🏼‍♀️ & Mel 🤹🏻‍♀️

 

Comment battre ton défenseur avant d’avoir reçu le ballon ❓

Comment battre ton défenseur avant d’avoir reçu le ballon ❓

Le un contre un, c’est un peu la base pour les basketteurs et basketteuses de tous niveaux confondus.

Mais il se trouve que dans le jeu à 5 contre 5, on a tendance à croire que les 1 contre 1 commencent lorsqu’on reçoit la balle. 

Mais selon nous, pas du tout !!!!

Tu peux gagner la plupart de tes one/one avant d’avoir reçu le ballon et on va voir dans cet article comment tu peux t’y prendre pour être carrément plus efficace.

Si tu es prêt-e et dans de bonnes dispositions, tu peux battre ton défenseur et scorer en toute simplicité.

On va voir ensemble ce que tu peux faire pour impacter le jeu et scorer en touchant le minimum le ballon : comme ça ton efficacité va forcément augmenter.

Attention on ne te dit pas de ne pas vouloir le ballon, mais si tu peux marquer 5 points par match en plus sans monopoliser le ballon pour autant, c’est top !

voilà donc notre TOP 5 des conseils pour battre ton adversaire AVANT qu’il s’en rende compte : 

1 – connaitre tes forces

On t’en parle souvent : te connaitre est une des bases de tes performances sur le terrain. 

Si t’es un shooteur ou une shooteuse à trois points, c’est important que tu le gardes en tête. Comme ça, tu traineras plus souvent à 3 points que dans la raquette. 

À l’inverse si tu es plus grand-e et puissant-e que tes adversaires, ça va aussi aiguiller tes placements sur le terrain. 

Et du coup si tu es positionné-e en game le plus souvent dans tes zones de talent, tu vas pouvoir être plus efficace quand tu vas recevoir le ballon.

Si tu veux en savoir plus sur ton profil basket, tu peux définir ta carte d’identité unique dans notre impulsion « progresse en optimisant tes entrainements en 20 étapes »

2 – connaitre les forces et les faiblesse de ton adversaire 

Le but est là d’avoir juste un coup d’oeil sur ton adversaire. 

Si tu le connais, tu sais si il défend très proche ou plutôt tranquille, défenseur-euse flemmard-e qui attend dans la raquette (certain(e)s se reconnaitrons peut-être ^^). 

Ça te permet d’anticiper un peu plus ses réactions.

Si tu ne le connais pas du tout, tu peux juste t’appuyer sur ses caractéristiques physiques : plus grand-e ou plus petit-e que toi ? Plus costaud-e ou pas ? Et ensuite de voir après plusieurs aller retour sa façon de défendre sur toi.

Tu ne vas pas faire que t’adapter à ton adversaire : le premier focus à avoir reste sur tes qualités à toi. Mais avoir une ou deux infos sur son défenseur, ça peut aider à faire le bon choix balle en main 🏀

3 – Anticiper 

Grâce aux deux premiers points, tu vois un petit peu plus où tu veux emmener ton joueur ou ta joueuse à défendre, et comment tu vas pouvoir gagner ton 1 contre 1.

Si tu combines ça avec une bonne anticipation, il ou elle est foutu-e ! 

« he’s fucked » comme disent les ricains 

Qu’est ce que c’est une bonne anticipation ? 

C’est avoir un coup d’avance sur ton adversaire. 

Pour avoir ce coup d’avance, tu dois toujours être concerné par le jeu : jamais spectateur.

Même si tu es à l’opoosé du ballon, tu dois regarder ce qu’il se passe pour pouvoir être au bon endroit au bon moment par la suite.

Parce qu’une défense c’est à 5 et que du coup même si tu es a l’opposé du terrain, ce sera peut être a toi de sanctionner les rotations défensives !

Alors reste toujours focus sur le jeu et sur le moyen de battre ton adversaire direct ET la défense entière (oui c’est ambitieux mais c’est kiffant^^)

4 – Lire le jeu 

-Et ouais, tout simplement ! 

Par définition, au basket : LA DEFENSE PERD TOUJOURS.

Cet adage (oui oui je parle comme une vieille et c’est ok 🙂 ) ne marche que quand l’attaque répond intelligemment aux options défensives de l’adversaire. 

Les réponses aux options, ton coach doit te les expliquer (si tu veux avoir plus de précision, écris-nous ici !), et ensuite c’est toi sur le terrain qui doit lire ce que la défense fait et répondre correctement ET rapidement. 

Avant de recevoir le ballon, tu vas avoir un démarquage à faire : lis le démarquage ! Ne fais rien machinalement. Si tu peux prendre ton adversaire à contre pied et partir en back door (si tu sais pas ce que c’est demande nous ici !) fais-le ! Ça oblige la défense à être attentive à chaque fois que tu vas recevoir la balle et en plus ça te donne les paniers faciles le plus souvent à un contre 0 !

 

Si tu as un écran pour te démarquer, encore mieux ! Là tu peux t’éclater à « répondre » et jouer avec la défense : elle est obligée de prendre une option défensive, elle ne peut pas tout défendre. À toi de lire et de t’adapter pour avoir un shoot ou un décalage pour ton poseur d’écran. 

5 – être prêt-e à recevoir le ballon et à enchainer

Tu sais que Stephen curry tire plus rapidement que l’on cligne des yeux  ? 

Alors, certes, sa gestuelle est genre ultra fluide, mais il a aussi cette capacité à être prêt à tirer avant d’avoir reçu la balle (un peu comme Klay Thompson).

Il a les mains prêtes, le regard est souvent déjà sur le cercle alors que le défenseur n’a pas encore compris ce qu’il se passait ^^

Et toi ? 

Quand tu reçois le ballon, tu es toujours prêt-e a tirer ? 

Tu as les attitudes d’un shooteur ? 

Ou alors tu es prêt à directement driver (si tu as anticiper et bien lu la défense comme on a vu juste avant)

Ou bien t’es juste en train de chiller tranquille en attendant que ton ou ta pote te passe la balle ? ^^

un indice : si tu choisis la dernière option, c’est qu’il faut peut-être travailler tes attitudes à l’entrainement (tu peux t’aider de notre article sur tes séries de shoots pour améliorer tes attitudes) 

Voila pour les 5 conseils qu’on voulait te donner pour battre ton vis à vis tranquille avant même d’avoir recu le ballon !

Cette vidéo t’a plu et tu as envie d’aller plus loin ?

Alors découvre notre Impulsion : “Booste ta confiance en 7 étapes” pour accélérer dès maintenant ta progression

Claire 🤹🏼‍♀️ & Mel 🤹🏻‍♀️

 

Progresse aux lancers francs sans changer ton geste

Progresse aux lancers francs sans changer ton geste

Bon alors à la base je me suis dit « je vais faire des recherches pour voir l’origine de ce shoot, quand est ce qu’il est apparu et tout et tout…

Et puis après je me suis dit que c’était un peu chiant 🤹🏼‍♀️😁

Alors si ça t’intéresse je te mets le lien wiki basket pour que t’apprennes tout ça…

En attendant, on a préféré se concentrer sur la méthode et les petites astuces qui pourraient faire de toi un-e super shooteur-euse de lancers francs sans même que tu aies besoin de changer ta gestuelle de tir !

Pourquoi as-tu besoin de savoir shooter des lancers francs❓

 

 

  • Si tu es très maladroit-e aux lancers francs,  l’adversaire sait qu’il peut faire faute sur toi dès que tu gagnes ton 1 contre 1. Et ça c’est pas top… Tu as  déjà entendu parlé du Hack-a-shaq ? La stratégie en nba qui consistait à essayer d’arracher les bras de Shaquile O’neal quand il montait au cercle… Vu qu’il n’était vraiment pas adroit aux lancers francs, c’était la meilleure chose à faire. Bref j’imagine que tu as pas envie qu’on te fasse subir ça…
  • C’est une bonne aide pour bosser sur ta gestuelle de tir : quand on a fait des stage avec docteur shoot Nicolas Gétin, on a bossé énormément à cette distance pour modifier et améliorer notre gestuelle. Au final, pour moi, c’est une bonne aide de shooter des lancers francs quand mon tir à trois points part un peu en cacahuète ^^
  • Les fins de matchs, c’est soit des trois points soit des lancers francs… Et oui parce que si tu vas au cercle en fin de match et que c’est serré, tu peux être sur-e que la défense va y mettre de l’impact physiquement et donc il y a un gros risque pour qu’elle fasse faute. Rien de plus frustrant que d’avoir le lancer franc de la gagne et… de le louper 
  • C’est des points faciles: oui oui alors je dis pas que c’est facile de marquer des lancers francs, mais c’est « facile » parce que la défense doit jouer à 1,2,3 SOLEIL pendant que tu shootes. Donc tes plutôt tranquille pour les tirer
  • ça ruine le moral de tes adversaires d’encaisser des lancers francs : ils peuvent pas défendre donc ils ont qu’à te regarder marquer… Et à l’inverse si tu loupes, l’adversaire est content d’avoir fait faute

Bref…

Le lancer francs est un tir important au basket.

Alors on est parti pour te balancer toutes nos astuces pour que tu progresses dès maintenant au lancer franc sans changer ton shoot ! 

1 – prendre ton temps 

Tu as 5 secondes pour shooter.

5 secondes c’est long.

Rares sont les joueurs joueuses qui utilisent la totalité des 5 secondes pour shooter (tu peux observer tes co-équipiers pour voir le temps qu’ils mettent à shooter pour vérifier nos infos ^^). 

2 – Gagner du temps 

Non c’est pas la même chose que le conseil d’avant ! 😁

Gagner du temps, c’est surtout en situation de fatigue.

En général quand tu as des lancers francs c’est qu’il y a eu faute sur toi. Donc tu viens d’encaisser un choc, tu es peut-être même tombé-e. 

Et figure toi que tu as le droit de prendre ton temps pour te rendre sur la ligne des lancers francs.

Tu as le droit de prendre quelques secondes avant de te relever.

Tu as le droit de refaire ton lacet (là c’est vraiment quand tes ultra fatigué-e ou que tu sens que ton équipe a besoin de souffler un moment).

Les 5 secondes ne commencent à être décomptées que quand l’arbitre t’a donné le ballon ! 

3 – Utiliser ta respiration

On en a déjà parlé dans une vidéo, Sepp Mougnol est un expert dans ce domaine. Il sensibilise (entre autres) les basketteurs sur l’importance qu’a la respiration sur ta performance.

Au lancer franc, tu peux utiliser ta respiration pour te recentrer sur toi, et te calmer si tu en ressens le besoin. Ça te permettra de faire plus facilement abstraction de l’environnement (spectateurs, score serré, importance du match pour ton équipe et toi, etc) 

Personnellement, j’ai aussi remarqué que je me sens mieux en expirant juste au moment où je vais enclencher mon tir. En gros, je shoote avec peu d’air dans mes poumons. C’est un repère qui fonctionne pour moi, mais je ne suis pas assez calée dans le domaine pour t’en dire plus (demande à Sepp si t’es interressé-e)

4 – Trouver tes ancrages 

Ça te dit quelque chose les ancrages ?

Je les definirai comme des repères qui te permettent automatiquement d’effectuer ton geste.

C’est une explication rapide mais en gros, ça va te permettre en match de retrouver des sensations similaires de celles ressenties lors de tes entrainements au lancer franc. Et donc de pouvoir shooter de manière « automatisée », « instinctive ». 

Par contre c’est pas de la magie : c’est un truc que tu dois travailler à chaque lancers francs, à chaque entrainement, et ça viendra ensuite en match directement.

Exemple d’ancrage : 

  • une phrase que tu peux te dire dans ta tête (« pousse sur tes jambes », « marquer panier », « easy je suis une machine »…) c’est toi qui vois ce que tu as besoin de te dire
  • le placement de tes pieds au sol
  • la respiration (comme ce que je t’ai expliqué pour moi plus haut)

 5 – Ton rituel 

Ça rejoint l’ancrage mais j’avais envie de faire deux points différents (je fais ce que je veux c’est notre site après tout ^^) 

 

Le but du rituel est de te mettre dans les meilleures dispositions pour shooter ton lancer franc : mentalement, physiquement techniquement.

 

C’est donc hyper individuel ! 

 

Il va donc falloir expérimenter ce qui te convient : le nombre de dribble(s) que tu veux faire, où est-ce-que tu places ta concentration et ton attention, ton placement de départ… Toutes ces choses c’est en tâtonnant que tu vas les trouver. 

 

Et en plus ça peut être fluctuant : moi perso je fais pas le même nombre de dribbles à chaque fois. Mon point d’attention est sur ma concentration. J’ai besoin de me sentir calme et sereine quand je vais shooter mon lancer. Donc quand je sens que je suis calme, je peux enclencher mon shoot. Parfois c’est après un dribble et parfois 4. En gros : j’y vais quand je sens que je vais marquer… ça fait un peu prétentieux mais c’est vraiment la sensation que j’éprouve.

 

D’autres joueurs et joueuses sont intransigeant(e)s à ce propos : TOUJOURS le même rituel. Et c’est ok, faut juste trouver ce qui te convient à TOI.

 

Sauter ou Pas sauter

Certains joueurs de haut niveau sautent, mais c’est hyper rare ! Vraiment hyper rare.

Pourquoi ?

Parce que physiquement, ils peuvent shooter avec uniquement leur haut du corps. Ils utilisent leur jambes juste pour se coordonner au niveau de la poussée pour la plupart.
Maintenant, si tu n’as pas encore suffisamment de force, mieux vaut sauter pour le moment plutôt que de déformer ton shoot ! Par contre à l’entrainement tu peux te rapprocher un peu du cercle pour shooter sans sauter, ça te permettra d’amorcer ton futur shoot au lancer franc quand tu auras plus de force.

Comment t’entrainer à shooter des lancers francs 

-> En situation réelle 

Pendant tes practices, tu es en situation de fatigue : c’est assez proche de ce qui se passe en match. C’est donc hyper intéressant de glisser quelques lancers francs à l’intérieur des séquences de jeu des entrainements !

Si ton coach ne fait pas shooter les lancers francs sur les fautes pendant les entrainements, n’hésite pas à en shooter 1 ou 2 entre chaque séquence, avant d’aller boire par exemple. C’est un bon entrainement « en situation réelle »

-> Recherche de ton rituel de lancer franc et de ta concentration optimale 

Il va falloir expérimenter ici. On ne peut pas te donner de réponses toutes cuites a ce sujet, c’est à toi d’essayer et de voir ce qui te convient. Mais ce n’est pas le même travail que le point précédent. On te parle de la différence entre ton entrainement “vitesse game” et “vitesse correction de geste”  dans notre impulsion ici !

Deviens un shooteur ou une shooteuse adroit-e aux lancers francs

Cet article t’a plu et tu as envie d’aller plus loin ?

Alors découvre notre Impulsion : “Booste ta confiance en 7 étapes” pour accélérer dès maintenant ta progression

Voilà, avec ces conseils tu peux déjà impulser ta progression de manière significative sur la ligne des lancers francs ! 

On espère que ça pourra t’aider à progresser, à prendre du plaisir en allant shooter tes lancers francs en match comme à l’entrainement ! 

Claire 🤹🏼‍♀️ & Mel 🤹🏻‍♀️

Les clés pour mieux t’entrainer, progresser et performer

Les clés pour mieux t’entrainer, progresser et performer

Une chose est sûre : Mel a vécu un paquet d’expériences pendant sa (longue 😝) carrière

Elle explique dans cette vidéo ce qui, selon elle, lui a permis de devenir vraiment autonome dans sa façon de s’entrainer, et donc dans sa régularité en match.

Et tu seras peut-être surpris par ce qu’elle a à te dire !

Ce retour d’expérience est authentique et sans fioriture, et on espère VRAIMENT qu’il pourra te faire avancer vers tes objectifs !

N’hésite pas si tu as des remarques à faire ou des questions à nous poser, les commentaires sont en dessous de la vidéo et ils sont ouverts à tous et toutes 🤗

Cette vidéo t’a plu et tu as envie d’aller plus loin ?

Alors découvre notre Impulsion : “Booste ta confiance en 7 étapes” pour accélérer dès maintenant ta progression

Comment exceller dans le domaine qui te tient à coeur ❓

Comment exceller dans le domaine qui te tient à coeur ❓

Pour répondre à cette question Basketball Impulsion s’est appuyé sur le livre de Geoff Colvin Talent is overrated

L’auteur tout au long du livre étaye son propos : il considère qu’il n’y a pas de talents innés.

On s’est donc naturellement dit que ça pouvait t’intéresser 🙂

Il est commode de considérer que le talent, au même titre que le génie est un attribut mystique. Dans notre société, le talent est généralement considéré comme un fantasme d’excellence fascinant que l’on ne peut pas apprendre.

==> Mais attention SPOILER : c’est une idée générale faussée !

Faisons le parallèle avec notre discipline chérie… penses-tu vraiment qu’un Stephen Curry ou pour prendre un peu plus français comme exemple, qu’une Marine Johannes est née avec son talent ? Et qu’ils n’ont tous deux pas polis leur art ? Qu’ils ne continuent pas de le faire au quotidien ? Je te laisse le soin d’y réfléchir personnellement.

Le talent est plutôt le travail acharné dans la discipline choisie…

Imagine donc tes talents après un investissement total sur plusieurs années !!! Ça te met l’eau à la bouche n’est-ce-pas ? Nous oui 😁

Considérer que le talent est une faculté donnée à la naissance est tentant, et même courant, cependant c’est peu crédible.

Derrière chaque personnalité d’exception se cache surtout à un moment ou à un autre l’exploitation intensive d’une compétence choisie.

D’après Geoff Colvin : la naissance du talent vient avant tout d’un conditionnement parental privilégié 

A ce jour, aucun gêne du génie n’a encore jamais été décelé. Plutôt encourageant non?

Le talent serait donc plutôt lié à l’éducation parentale plutôt qu’à un héritage biologique.

Deux exemples connus  : 

  • Mozart ➡️ il était fils d’un compositeur reconnu et excellent pédagogue.
  • Tiger Woods ➡️ il a commencé le golf à 4 ans et son père était entraîneur professionnel.

Ces deux situations ont contribué à former leurs fils très tôt.

Cependant chacun évoluant dans un contexte familial différent, l’auteur considère que c’est plus justement l’environnement qui conditionne tout progrès.

L’expérience n’est pas synonyme d’excellence

Si la répétition est nécéssaire, elle ne suffit pas à devenir le meilleur.

Il est essentiel de chercher l’intensité et la difficulté pour progresser. 

On peut résumer l’excellence à cette équation (on te rassure on ne se met pas à te donner des cours de maths ^^)

Excellence = pratique qualitative et nécessité d’avoir un effort constant et la volonté d’aller plus loin

Cette discipline de soi est nommée par l’auteur : LA PRATIQUE DELIBEREE

Pour appliquer cette discipline, voici quelques clefs :

  • Maitriser les fondamentaux
  • Consacrer une à deux heures par jour pour s’informer sur ces bases
  • Se fixer un objectif précis (tu peux taper objectif SMART sur google pour aller plus loin si tu as en as envie)
  • Noter les difficultés rencontrées
  • Revenir sur les passages les plus compliqués autant que nécessaire pour atteindre la complète maitrise.

La formule pour être excellent et avoir accès aux opportunités (promis toujours pas de maths, Mel est pas scientifique :-P)

CIBLER LES ZONES PROBLÉMATIQUES + CONCENTRATION MAX + INVESTISSEMENT DE TEMPS ET D’ENERGIE

En résumé le secret de ceux qui réussissent  = Se consacrer pleinement à ce qu’ils aiment !

Elle est pas belle la vie ? 

 

La pratique délibérée rend le talent accessible

Le talent n’a rien de mystique, ni de transcendant, il est mesurable au nombre d’heures que passe un individu à la pratique

L’âge auquel l’apprenant commence est décisif, plus tôt est le mieux.

D’après la théorie d’Hebert Simon et William Chase, 10 ans de pratique sont nécessaires pour atteindre l’excellence.

Dans le cas ou deux individus ont le même nombre d’années de pratique derrière eux, la persévérance est un des atouts clefs pour différencier deux individus.

Même a très haut niveau les meilleurs restent ceux qui s’impliquent le plus intensément en y passant la majeure partie de leur temps personnel.

La différence entre les groupes tient donc à la capacité des individus à être autodisciplinés.

Il n’existe pas de raccourci pour atteindre l’excellence et il est nécéssaire de garder a l’esprit qu’un apprentissage pour être efficace doit être : `

  • Structuré
  • Personnalisé
  • Régulier

Tu commences à y voir plus clair avec cette notion de « talent » ? 

La routine est l’ennemie du talent et du progrès 

Il peut y avoir une forme d’ennui dans la pratique délibérée et studieuse d’une discipline sur le long terme.

L’auteur s’est penché sur : comment maintenir une discipline d’excellence sur le long terme ?

Il s’est appuyé sur l’exemple de Jerry Rice, joueur NFL qui affirme s’être amélioré hors des séances d’entrainement en équipe. Ainsi pour gagner en performance, il suivait, hors saison, un entrainement sur mesure.

99% de ses performances sportives étaient le résultat d’une pratique de conditionnement complémentaire à sa pratique du football. 

Il n’y a donc pas qu’un seul moyen de devenir bon…

Changer régulièrement de technique d’entrainement, d’angles d’approche et d’exercices est nécéssaire pour améliorer ses compétences et se renouveler. 

Donc concrètement le même échauffement, les même tirs, les même exercices tous les mardi et jeudi t’oublies ! Ou tu montres cet article à ton-ta coach !

Faut il être intelligent pour avoir du talent

A retenir :

Si le lien entre QI et talent est souvent établi, rien ne le confirme. Ainsi, les personnalités considérées comme des génies sont surtout capables de mobiliser leurs connaissances dans leur domaine de prédilection.

Hors de leur domaine de prédilection les génies ont des réactions « normales »

 S’intéresser à ce que l’on fait pour développer un talent

Tu l’a compris le talent nécessite de la determination, de la patience et de l’assiduité. Il vaut donc mieux que la discipline choisie soit l’un de tes centres d’intérêt.

La passion est souvent considérée comme le pendant du talent. Elle doit être le moteur qui te permettra de sortir de ta zone de confort.

Étant donné que le talent n’est pas inné et afin de ne pas se démotiver, mieux vaut trouver une discipline qui représente pour toi une zone de confort ou encore une zone de plaisir.

Il s’agit simplement de devenir bon dans ce qui te fait du bien !

Elle est pas encore plus belle la vie ?

Les personnes talentueuses en savent simplement plus

Être excellent implique également de rester lucide quant à ses points à améliorer. Il faut donc savoir se remettre en question en permanence, faire preuve d’ouverture d’esprit et avoir une flexibilité d’approche.

Quelques pistes à envisager :

 

  • Solliciter des retours de tes coéquipiers ou de tes coachs
  • La métacognition (le fait de penser à ses propres pensées) qui aide à se demander comment aller plus loin ou encore quelles émotions peuvent altérer ma performance 
  • Bien connaitre son milieu, son histoire, sa culture, ses codes, son actualité et ses références

L’excellence suppose donc d’avoir une approche plus large de tes performances pour continuer à avancer.

En conclusion, d’après Geoff Colvin, le talent n’est rien d’autre qu’une performance de haut niveau qui se travaille, s’apprend et est constamment en évolution (tu peux acheter son livre en cliquant ici). 

Il ne doit surtout pas être considéré comme une finalité ni un but, mais davantage comme un processus ou encore une attitude. C’est un mode de vie créatif fait de dépassement personnel et d’exigence. 

Alors en route vers ton talent ?

Cette vidéo t’a plu et tu as envie d’aller plus loin ?

Alors découvre notre Impulsion : “Booste ta confiance en 7 étapes” pour accélérer dès maintenant ta progression